1 septembre 2020

2 Days in New York (2012) de Julie Delpy

2 Days in New YorkAprès son divorce, Marion est désormais installée à New York, où elle vit avec Mingus, un journaliste de radio, et leurs deux enfants qu’ils ont eus de relations antérieures. Marion est photographe et prépare son exposition. Son père, sa sœur et son petit copain (qui est en fait un ex de Marion et qui n’était pas prévu du tout) débarquent à New York pour le vernissage. Les personnalités débridées des trois arrivants vont provoquer des tensions au sein du couple…
Ecrit et réalisé par Julie Delpy, 2 Days in New York est la suite de son très réussi 2 Days in Paris (2007). Hélas, il ne montre pas du tout les mêmes qualités. La réalisatrice dit avoir voulu jouer sur l’absurde pour créer l’humour mais, en réalité, on est surtout frappés par la très grande bêtise des trois visiteurs du couple. Les personnages ne sont pas pittoresques, ils ne sont pas loufoques… non, ils sont consternants. De ce fait, le ton si original que la réalisatrice avait su trouver dans le précédent opus n’est plus là, tout paraît forcé et le film donne l’impression d’être une très mauvaise copie de Woody Allen.
Elle: pas d'étoile
Lui : 1 étoile

Acteurs: Chris Rock, Julie Delpy, Albert Delpy, Alexia Landeau, Alexandre Nahon
Voir la fiche du film et la filmographie de Julie Delpy sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Julie Delpy chroniqués sur ce blog…

Julie Delpy, Chris Rock et Albert Delpy dans 2 Days in New York de Julie Delpy.

2 décembre 2016

Trois couleurs: Blanc (1994) de Krzysztof Kieslowski

Trois couleurs: BlancPour mariage non consommé, Dominique divorce de son mari Karol, un coiffeur polonais qui se retrouve ainsi seul, sans argent, sans logement dans un pays dont il maitrise mal la langue. Pire encore, elle s’arrange pour qu’il soit recherché par la police pour avoir incendié son salon de coiffure. Il parvient à rentrer clandestinement en Pologne où il va tenter de se refaire… Que Trois couleurs: Blanc, deuxième film de la trilogie de Krzysztof Kieslowski, ait pour thème l’égalité n’est pas évident à première vue. Et pour cause : le propos du cinéaste est plutôt de montrer que l’égalité n’existe pas, que nous en parlons tous mais qu’en réalité personne n’en veut. Mais, même en prenant en compte cette intention, la démonstration ne paraît guère évidente : il démontre plutôt que la cruauté engendre une cruauté encore plus forte et qu’une passion peut prendre la forme d’un long calvaire. Faut-il voir dans la scène finale (qui n’était pas originalement prévue) une certaine forme de rédemption ? Blanc est par certains aspects un film tragi-comique : son personnage principal est attachant par son côté balourd, il fait sourire parfois mais son cynisme finit par écarter toute sympathie/empathie à son égard. Le film est moins flamboyant que Bleu sur le plan esthétique, malgré l’omniprésence de la couleur blanche (il faut bien avouer que le blanc, du fait de sa faible palette de variations, se prête moins aux recherches esthétiques). Blanc est une variation bien étrange sur le thème de l’égalité.
Elle: 2 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Zbigniew Zamachowski, Julie Delpy, Janusz Gajos
Voir la fiche du film et la filmographie de Krzysztof Kieslowski sur le site IMDB.

Voir les autres films de Krzysztof Kieslowski chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Krzysztof Kieslowski

Remarque :
* A l’audience, en début de film, on aperçoit brièvement Juliette Binoche ouvrir par erreur une porte, lien discret avec le film précédent, Bleu.

Blanc
Julie Delpy dans Trois couleurs: Blanc de Krzysztof Kieslowski.

Blanc
Zbigniew Zamachowski dans Trois couleurs: Blanc de Krzysztof Kieslowski.

23 septembre 2014

La Comtesse (2009) de Julie Delpy

Titre original : « The Countess »

La comtesseDans la Hongrie de la fin du XVIe siècle, la comtesse Élisabeth Báthory se retrouve, à la mort de son mari, seule à la tête d’une grande fortune. Elle fait la connaissance du fils d’un notable beaucoup plus jeune qu’elle et s’en éprend… Julie Delpy nous raconte l’histoire assez épouvantable de la comtesse Élisabeth Báthory en nous précisant bien dès le départ que tout ce qui va être dit est probablement faux, du moins assez fortement déformé. Il est vrai que les historiens ne savent démêler la vérité des légendes qui entourent celle qui fut surnommée « la comtesse sanglante » ou encore « la comtesse Dracula ». Julie Delpy suggère que la comtesse aurait été victime d’une machination visant à faire main basse sur sa fortune et lui enlever tout pouvoir, jugé trop important pour une femme. Elle n’écarte pas toutefois les crimes (abominables) commis mais la présente comme une femme victime de ses sentiments : « la faiblesse d’une femme se situe au niveau de son coeur » lui fait-elle dire. Julie Delpy a écrit, produit, réalisé ce film, empreint d’une belle austérité, servi par une très belle photographie de Martin Ruhe. Elle en interprète également le rôle titre, assez brillamment, restituant toute la complexité de son personnage, aussi parfaite en femme aimante au visage angélique qu’en femme angoissée au visage vieilli par la haine. Une belle réussite.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Julie Delpy, Daniel Brühl, William Hurt, Anamaria Marinca, Sebastian Blomberg
Voir la fiche du film et la filmographie de Julie Delpy sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julie Delpy chroniqués sur ce blog…