19 janvier 2020

Mia madre (2015) de Nanni Moretti

Mia madreMargherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film politiquement engagé et dont le rôle principal est tenu par un acteur américain. Elle doit aussi faire face à ses problèmes personnels : elle se sépare de son compagnon, s’inquiète pour sa fille adolescente aux mauvais résultats scolaires en latin et, surtout, doit s’occuper de sa mère très affaiblie et actuellement à l’hôpital…
Nous y sommes habitués : les films de Nanni Moretti sont le plus souvent partiellement autobiographiques ou, au moins, reflètent ses propres angoisses. Mia madre évoque le décès de la mère du cinéaste, survenu en 2010 lors du tournage d’Habemus Papam. Cette fois, il ne tient pas le rôle principal mais s’est réservé le rôle du frère, un personnage bizarrement lisse et parfait sous tout rapport. C’est un film étonnamment plat, et même irritant (personnages et situations typées, flashbacks poussifs, scènes de rêves lourdement symboliques), très en deçà de ce que l’on attend du réalisateur. Nous sommes par exemple très loin de La Chambre du fils qui traitait également de l’absence. Cette fois, il ne parvient à créer la moindre émotion. Mon avis semble toutefois être minoritaire puisque la critique a été unanime pour louanger le film.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini, Nanni Moretti
Voir la fiche du film et la filmographie de Nanni Moretti sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Nanni Moretti chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Nanni Moretti

Remarque :
* L’instruction si mystérieuse que la réalisatrice dans le film donne à ses acteurs, « Je veux voir l’acteur à côté du personnage », est bien celle que Nanni Moretti a toujours donné à ses acteurs… A ce propos, il a précisé : « Je ne sais pas si les acteurs la comprennent, mais à la fin, j’arrive à obtenir ce que j’avais en tête ».

Mia madreNanni Moretti, Giulia Lazzarini et Margherita Buy dans Mia madre de Nanni Moretti.

18 janvier 2020

La Fête à Henriette (1952) de Julien Duvivier

La Fête à HenrietteLeur dernier scénario ayant été interdit par la censure, deux scénaristes de cinéma doivent écrire en catastrophe une nouvelle histoire. Ils partent d’une idée : la journée du 14 juillet (jour de la Sainte Henriette) d’une jeune fille prénommée Henriette transportée à l’idée de passer la journée avec le garçon dont elle est amoureux…
Ecrit par Julien Duvivier et Henri Jeanson, La Fête à Henriette est une amusante fantaisie autour des multiples développements qu’une histoire peut prendre. Sur la base d’une histoire simple, les deux personnages-scénaristes imaginent tour à tour plusieurs variantes plus ou moins contradictoires, chacun tirant le récit vers le genre qu’il affectionne : pour l’un, c’est une histoire d’amour, pour l’autre, c’est une histoire plus noire plus tragique qui doit se dessiner. Le film se situe dans la ligne du réalisme poétique. L’ensemble est très amusant avec des dialogues très enlevés. Le découpage est vif, les mouvements d’appareils sont superbes, l’interprétation est parfaite. Au final, c’est un brillant exercice. Du grand art. Hélas, le film passa inaperçu.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Dany Robin, Michel Auclair, Hildegard Knef, Louis Seigner, Micheline Francey, Henri Crémieux, Michel Roux, Daniel Ivernel
Voir la fiche du film et la filmographie de Julien Duvivier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Julien Duvivier chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Julien Duvivier

La Fête à HenrietteSaturnin Fabre, Dany Robin et Michel Roux dans La Fête à Henriette de Julien Duvivier.

Remake américain :
Deux Têtes folles (Paris When It Sizzles) de Richard Quine (1964) avec Audrey Hepburn et William Holden.

17 décembre 2018

Un drame au studio (1928) de Anthony Asquith et A.V. Bramble

Titre original : « Shooting Stars »

Un drame au studioMae Feather est une actrice très connue. Son mari Julian Gordon est également son partenaire à l’écran. Leur couple va éclater lorsque Julian découvre que Mae a une aventure avec le comédien comique Andy Wilks. Il la menace de divorcer ce qui serait très nuisible à sa carrière d’actrice…
Restauré par BFI en 2015, Shooting Stars est un film muet britannique, la première réalisation d’Anthony Asquith. Un peu longue à se mettre en place, l’histoire prend une belle tournure dans la seconde moitié du film où la tension n’est pas sans rappeler les premiers films d’Alfred Hitchcock (qui tournait alors, lui aussi, pour la BIF, British Instructional Films). Il y a alors de très belles scènes, inventives quant à l’emploi de la lumière et de la mise en images pour créer une tension croissante. Le final est absolument superbe. Mais ce qui rend le film encore plus remarquable pour tout passionné d’histoire du cinéma est cette façon de nous montrer le déroulement d’un tournage de film, le matériel utilisé, le partage des plateaux et beaucoup d’autres choses encore. Le film méritait vraiment d’être redécouvert. Il nous montre qu’Anthony Asquith était vraiment l’un des réalisateurs britanniques les plus talentueux dès son premier film.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Annette Benson, Brian Aherne, Donald Calthrop
Voir la fiche du film et la filmographie de Anthony Asquith sur le site IMDB.

Remarque :
* Le titre original est à double sens : Shooting Star en anglais est une étoile filante ce qui, dans notre cas, peut être compris comme une star à la gloire éphémère. Mais Shooting Stars signifie aussi « tirer sur des stars ».

Shooting Stars
Annette Benson et Brian Aherne dans le tout premier plan de Shooting Stars de Anthony Asquith et A.V. Bramble.

Shooting stars
… et, quand la caméra recule, nous découvrons que nous sommes dans un studio de cinéma. Shooting Stars de Anthony Asquith et A.V. Bramble.

4 décembre 2017

A Girl’s Folly (1917) de Maurice Tourneur

A Girl's FollyAyant interrompu par inadvertance un tournage près de chez elle, une jeune fille quitte sa campagne pour tenter sa chance comme actrice…
A Girl’s Folly est un film absolument unique, pas tant par son histoire qui n’a rien de passionnant mais par le fait que Maurice Tourneur nous montre de l’intérieur le fonctionnement d’un studio en 1917. Il s’agit en l’occurrence de Paragon Studio dont nous nous pouvons voir les bâtiments aux toits de verre et les extérieurs. Le centre du cinéma était sur la côte est des Etats-Unis, à Fort Lee dans le New Jersey. Le film montre comment les décors sont assemblés en quelques minutes sur de grandes plaques tournantes (afin d’avoir le meilleur angle de vue), comment la scène est expliquée aux acteurs avant le tournage, etc. Il nous montre aussi d’autres aspects de la vie du studio. Tout cela est une petite mine d’or pour les historiens et les cinéphiles. A noter la présence de Maurice Tourneur dans son propre rôle de metteur en scène et (très probablement) du tout jeune Joseph von Sternberg.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Robert Warwick, Doris Kenyon
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice Tourneur sur le site IMDB.
Voir les autres films de Maurice Tourneur chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Maurice Tourneur

Remarque :
* Le film durait initialement 65 minutes. Une version de 58 minutes figure sur certains DVD américains. La version vue ici est une version restaurée de 28 minutes (diffusée par Serge Bromberg) avec les passages les plus intéressants sur le plan historique.
* Fort Lee est situé juste en face de New York, de l’autre côté de l’Hudson au niveau du George Washington Bridge. Pour en savoir plus sur Fort Lee et la liste des compagnies de cinéma à Fort Lee… (Paragon fait partie de World Pictures)

Maurice Tourneur
Maurice Tourneur  dans son son propre rôle dans A Girl’s Folly de Maurice Tourneur.

A girl's folly
Pour aller visionner les rushes, les personnages traversent une salle de montage où des employées coupent et assemblent des films.

A girl's folly
Si l’on n’en pas la preuve formelle, tout laisse à penser que ce jeune caméramen n’est autre que Josef von Sternberg (âgé de 23 ans) qui faisait alors ses débuts à Paragon Studio .