18 février 2019

Un singe en hiver (1962) de Henri Verneuil

Un singe en hiverEn Juin 1944, sur la côte normande, Albert Quentin se saoule régulièrement par nostalgie de sa jeunesse militaire vécue sur le Yang-Tsé-Kiang. Sous les bombardements, il promet à sa femme de ne plus boire une goutte d’alcool s’ils en réchappent. Quinze ans plus tard, en plein hiver, il voit arriver dans son petit hôtel un jeune homme remuant, qui se remet difficilement de sa séparation avec sa femme qui vit à Madrid…
Un singe en hiver est l’adaptation du roman primé d’Antoine Blondin. Le film est surtout l’occasion de mettre deux acteurs de générations différentes face à face : le monstre sacré du cinéma français classique Jean Gabin et le jeune Belmondo alors en pleine ascension et marqué Nouvelle Vague. Les deux acteurs se sont très bien entendus sur le tournage, ce qui apporte une certaine chaleur à l’ensemble. Toutefois, il est difficile d’y retrouver l’humanité et la richesse du roman. Les dialogues d’Audiard ne sont que pittoresques, notamment dans les scènes de beuverie qui peuvent paraître interminables. En surface, on peut voir dans le film une apologie de l’alcool (le ministère de la santé tenta d’ailleurs d’interdire le film pour cette raison), mais en réalité c’est surtout une certaine vision (assez plombante) de l’existence qui place la nostalgie en unique moyen de supporter le fardeau de la vie. Mais, si le film a connu un tel succès et s’il est toujours tenu en très haute estime aujourd’hui, c’est surtout du fait de son humour et du jeu exubérant de ses deux acteurs.
Elle: 3 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Jean Gabin, Jean-Paul Belmondo, Suzanne Flon, Paul Frankeur, Noël Roquevert, Gabrielle Dorziat
Voir la fiche du film et la filmographie de Henri Verneuil sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Henri Verneuil chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Henri Verneuil

Un singe en hiver
Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo dans Un singe en hiver d’Henri Verneuil.

Remarques :
* Caméo : Henri Verneuil interprète l’officier allemand qui monte l’escalier, juste au moment où son nom apparaît à l’écran au générique.
* Claude Pinoteau et Costa-Gavras sont tous deux assistants-réalisateurs.
* Initialement, Verneuil devait tourner une adaptation du roman de Roger Vercel Au large de l’Eden, l’histoire d’un commandant de morutier en route vers le Groenland. Lorsque Gabin est monté sur un chalutier en repérages, il a déclaré : « Ca pue le poisson et le gazole, je ne veux plus faire le film! » C’est alors qu’Audiard a proposé le roman d’Antoine Blondin et Jean-Paul Belmondo a fait son entrée dans le projet.

14 avril 2018

Réveil dans la terreur (1971) de Ted Kotcheff

Titre original : « Wake in Fright »
Titre lors de sa sortie : « Outback »

Réveil dans la terreurJeune instituteur dans un petit village isolé de l’outback australien, poste qu’il a été obligé d’accepter par contrat, John décide de rentrer à Sydney pour les vacances. Il fait une halte dans la ville minière de Bundanyabba, que les locaux nomment « The Yabba »…
Basé sur un bestseller du même nom signé Kenneth Cook, Wake in Fright est un film australien qui a avait disparu après sa présentation au Festival de Cannes 1971. La redécouverte récente d’un négatif original lui a permis de ressusciter. C’est un film vraiment étonnant et inhabituel, un film que l’on peut voir comme un précurseur de cette Nouvelle Vague australienne à laquelle Peter Weir et George Miller donneront ses lettres de noblesse. Mais Ted Kotcheff (futur réalisateur de Rambo) est en réalité canadien et ses deux acteurs principaux sont anglais. Wake in Fright est une véritable descente aux enfers, sorte de Las Vegas Parano au pays des kangourous et de la bière ingurgitée par tombereaux. La vision qu’il nous donne des ces villes minières de l’arrière-pays australien est assez terrifiante. On aimerait croire que cette vision est outrancière mais rien n’est moins sûr. Le déroulement de cette histoire assez glauque est néanmoins admirable car on a l’impression de s’enfoncer toujours plus. Cela témoigne d’une belle maitrise du réalisateur qui nous gratifie, en outre, de plusieurs très beaux plans.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Donald Pleasence, Gary Bond, Chips Rafferty, Sylvia Kay, Jack Thompson
Voir la fiche du film et la filmographie de Ted Kotcheff sur le site IMDB.

Wake in fright
Chips Rafferty (vrai australien et grand buveur de bière) et Gary Bond  dans Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff.

Remarques :
* Les scènes de chasse aux kangourous ont suscité une polémique. Il faut préciser à ce sujet que Ted Kotcheff est un végétarien convaincu et l’avertissement final, affirmant que ces scènes ont été tournées avec des chasseurs professionnels, est là pour nous alerter (et non pour justifier). Il est vrai qu’il y a là de quoi devenir végétarien… D’après les récits du directeur de la photographie, l’anglais Brian West, le tournage de la scène dura plusieurs heures et les chasseurs, de plus en plus alcoolisés, tiraient de plus en plus mal. L’équipe de tournage, écœurée par le carnage, a fini par provoquer une panne d’électricité pour tout arrêter.
* La ville est en réalité Broken Hill où le réalisateur a séjourné plusieurs mois.
* Wake in Fright a été adapté de nouveau en 2017 pour une série TV australienne.

Wake in Fright
Le superbe plan d’ouverture de Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff.

Wake in Fright
Donald Pleasence et Gary Bond dans Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff.

Wake in Fright
Autre plan remarquable : la salle de jeu de Réveil dans la terreur de Ted Kotcheff.

7 septembre 2014

Les Anges sauvages (1966) de Roger Corman

Titre original : « The Wild Angels »

Les anges sauvagesA Los Angeles, Heavenly Blues (Peter Fonda) est le chef d’un gang de motards qui se nomment les Wild Angels. Ils partent en virée pour retrouver une de leurs motos volées. Une poursuite s’engage avec la police et un des leurs est gravement blessé… Maitre de la série B, Roger Corman aborde ici le thème des mauvais garçons et des bandes à motos de style Hells Angels. Il nous les montre de façon brute, sans les caricaturer ni les juger, avec leur colifichets nazis et leurs aspirations confuses. Ils recherchent essentiellement une sensation de liberté et refusent toutes les règles ce qui leur permet de donner libre cours à une violence assez sauvage. Roger Corman réussit bien la première moitié de son film mais sombre ensuite dans de longues scènes de beuveries sans intérêt. On remarque la présence de Nancy Sinatra, juste à l’époque de la sortie du futur tube planétaire These Boots Are Made for Walkin’. Mais c’est bien entendu l’image de Peter Fonda sur sa Harley Davidson qui est la plus frappante, trois ans avant Easy Rider où il réincarnera de nouveau cette soif de liberté, dans un esprit fort différent toutefois.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Peter Fonda, Nancy Sinatra, Bruce Dern
Voir la fiche du film et la filmographie de Roger Corman sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roger Corman chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Roger Corman

2 mai 2012

The Dream (1911) de Thomas H. Ince

The Dream (muet, 11 minutes) Un homme fêtard rentre chez lui passablement éméché. Il est très désagréable avec sa femme et s’endort sur le canapé. Il fait un rêve où les rôles sont inversés. Il voit sa femme se comporter comme un soudard avant de sortir pour aller festoyer avec un homme… The Dream est un film étonnant car il met en scène le propre couple de Mary Pickford ! Dès ses débuts au cinéma, l’actrice est tombée amoureuse de l’acteur Owen Moore. Elle l’épouse en secret alors qu’elle n’a pas même 19 ans. Aussitôt après le mariage, Owen Moore se révèle être odieux, alcoolique et fêtard ; la vie commune tourne au cauchemar. Le scénario de The Dream aurait été écrit par Mary Pickford elle-même pour tenter de lui faire prendre conscience de son comportement égoïste. Le film n’eut, hélas pour elle, aucun effet sur son couple. Ils finiront par divorcer en 1920. Cette fable moraliste est l’un des premiers films de Thomas Ince. Il n’a rien de remarquable sur le plan de la mise en scène mais l’ensemble est plutôt amusant quand les rôles sont inversés car la femme y va fort…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Mary Pickford, Owen Moore
Voir la fiche du film et la filmographie de Thomas H. Ince sur le site IMDB.

Remarque :
La jeune femme du début, compagne de beuverie d’Owen Moore, est Lottie Pickford, la jeune soeur de Mary Pickford. Elle a beaucoup tourné avec sa soeur entre 1909 et 1912.