9 janvier 2019

Black Swan (2010) de Darren Aronofsky

Black SwanLe maître de ballet Thomas Leroy désire n’utiliser qu’une seule danseuse pour interpréter le cygne blanc et le cygne noir du Lac des cygnes. La jeune Nina est parfaite pour danser le cygne blanc mais aura-t-elle la capacité de personnifier son double maléfique ? …
Dès les premières minutes, Darren Aronofsky ne ménage pas les effets pour créer un climat anxiogène : très gros plans, caméra instable, musique oppressante, montage rapide. Il n’y a aucune progression, aucune recherche ; c’est juste désagréable. Le propos, « la recherche de perfection mène à la folie », ne montre guère plus de subtilités et la démonstration puise dans le tout-venant psychologique et psychanalytique. Le film a connu un succès inattendu, aussi bien auprès du public que de la critique, la prestation de style « habitée par son personnage » de Natalie Portman n’étant probablement pas étrangère à ce plébiscite.
Elle: 1 étoile
Lui : 1 étoile

Acteurs: Natalie Portman, Mila Kunis, Vincent Cassel, Barbara Hershey, Winona Ryder
Voir la fiche du film et la filmographie de Darren Aronofsky sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Remarques :
* Le danseur interprétant le Prince n’est autre que Benjamin Millepied qui a également créé la chorégraphie des ballets (que l’on voit très peu).

Black Swan
Natalie Portman dans Black Swan de Darren Aronofsky

11 janvier 2015

La Lumière (1987) de Souleymane Cissé

Titre original : « Yeelen »

La lumièreDans une communauté Bambara, au Mali à une époque non définie (1), un jeune homme est sur le point de recevoir le komo, un savoir qui permet de maitriser les forces qui nous entourent. Le père supporte mal qu’il devienne son égal et même le dépasse. Pressentant qu’il veut tuer son fils, la mère éloigne le jeune Bambara et l’envoie rejoindre son oncle afin qu’il puisse acquérir suffisamment de connaissance pour affronter son père… Yeelen est le récit d’un parcours initiatique. C’est un film d’une grande complexité symbolique et il faut bien avouer qu’il est certainement difficile, pour un spectateur non africain du moins, d’en percevoir toutes les significations. Mais les thèmes évoqués sont forts, ce sont les grands mythes de l’humanité, et le but ultime est  l’aube d’une ère nouvelle, comme en témoigne la très belle fin. Dans sa forme, le récit s’apparente à une tragédie grecque, et la volonté d’un père de tuer son fils renforce cette impression. Plastiquement, le film est en outre très beau ce qui contribue à le rendre assez fascinant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Issiaka Kane, Niamanto Sanogo, Balla Moussa Keita
Voir la fiche du film et la filmographie de Souleymane Cissé sur le site IMDB.
Voir les autres films de Souleymane Cissé chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur le cinéma africain

Pour en savoir plus :
* Yeelen ou la sorcellerie filmée, une intéressante étude de David-Pierre Fila sur le site Africiné, une étude qui analyse en outre l’engouement des films de sorcellerie pour le spectateur africain.
* La Lumière de Souleymane Cissé, un livre de Samuel Lelièvre aux éditions L’Harmattan (2013)

(1) L’auteur situe l’histoire de Yeelen dans le passé, dix siècles plus tôt, mais elle est fondamentalement atemporelle.

La lumière (1987) de Souleymane Cissé
Une lumière nouvelle… image finale de Yeelen de Souleyman Cissé.

5 décembre 2011

La montée au ciel (1952) de Luis Buñuel

Titre original : « Subida al cielo »

La montée au cielDans un village isolé du Mexique, un jeune homme se voit forcé d’interrompre son voyage de noces pour aller au chevet de sa mère mourante. A sa demande expresse, il doit aller par delà les montagnes quérir un avocat pour enregistrer ses dernières volontés… La montée au ciel (c’est le nom d’un col que le héros doit passer) est un film tourné assez rapidement dans des conditions assez précaires. Le scénario s’inspire d’aventures survenues au producteur du film, le poète espagnol Altolaguirre. Le film est donc le récit d’un voyage en autobus, passablement mouvementé et constamment retardé. Le manque de moyens se sent sur certaines scènes où des maquettes simplettes ont été utilisées. Deux scènes célèbres : la petite fille conduisant les deux bœufs que personne n’arrivait à contrôler et la scène onirique où une démesurément longue épluchure de pomme de terre symbolise le cordon ombilical avec sa mère. Si l’on retrouve l’image de plusieurs sentiments forts, la symbolique et la caricature sont bien mois abouties que dans ses autres films.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Lilia Prado, Esteban Márquez, Luis Aceves Castañeda, Manuel Dondé
Voir la fiche du film et la filmographie de Luis Buñuel sur le site IMDB.

Voir les autres films de Luis Buñuel chroniqués sur ce blog…