30 août 2019

The House That Jack Built (2018) de Lars von Trier

The House That Jack BuiltAux Etats-Unis, dans les années 70, Jack est un tueur en série qui voit ses meurtres comme des œuvres d’art. Il raconte ses méfaits à un « passeur » …
The House That Jack Built est un film particulièrement gore et brutal. J’avoue ne pas avoir été capable de regarder jusqu’au bout ce déballage de violence sadique et de torture. C’est épouvantable (dans le sens littéral du terme). De plus, la vision qu’il donne des femmes me paraît très discutable : cela est particulièrement net avec sa première victime qui joue un jeu stupide et très dangereux, elle pousse Jack au crime. Par ce procédé, Lars von Trier cherche-t-il à inclure le spectateur dans la vision du tueur? Il laisse, en tous cas, sous-entendre que la victime « n’a que ce qu’elle mérite ». On aimerait croire que ce type de discours est aujourd’hui dépassé, alors que nous tendons à avoir une vision différente sur les violences subies… Le passeur  emprunté à Dante était en revanche une bonne idée mais je n’ai pu voir ce qu’elle apportait vraiment. Une partie de la critique, visiblement bien décidée à suivre Lars von Trier dans tous ses excès, a été louangeuse.
Elle:
Lui : pas d'étoile

Acteurs: Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman
Voir la fiche du film et la filmographie de Lars von Trier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Lars von Trier chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Lars von Trier

The House That Jack BuiltUma Thurman et Matt Dilon dans The House That Jack Built de Lars von Trier.

 

Remarque :
This Is the House That Jack Built est au départ une comptine anglaise pour enfants, de type conte cumulatif (on commence avec la phrase seule et on rajoute ensuite une phrase avant et ainsi de suite, chaque couplet se terminant par « in the house that Jack built »).
The House That Jack Built est également le titre d’un (excellent) épisode de Chapeau melon et bottes de cuir (saison 4, 1965).

20 février 2016

Le Masque d’or (1932) de Charles Brabin

Titre original : « The Mask of Fu Manchu »
Autre titre français : « La Maison des supplices »

Le Masque d'orLes services secrets britanniques envoient une expédition dans le Désert de Gobi pour retrouver la tombe de Gengis Khan. Ils doivent rapporter son masque et son épée avant que le docteur Fu Manchu ne s’en empare pour prendre la tête d’une armée contre l’occident… Le personnage du docteur Fu Manchu a été créé vers 1912 par le romancier Sax Rohmer. Dérivé en une cinquantaine de romans, ce personnage diabolique reprend toute l’imagerie populaire du péril jaune. Il a été porté de nombreuses fois au cinéma mais The Mask of Fu Manchu est sans aucun doute le meilleur du lot. L’histoire en elle-même est très simple, voire simplette ; manichéenne à l’extrême, elle colporte tous les clichés de l’époque sur les orientaux avec une bonne dose de sadisme dans les tortures infligées par ce génie du mal aux pauvres occidentaux naïfs et une pincée d’érotisme car sa fille est aussi cruelle que sensuelle. Le Masque d'orLes décors de son repère sont superbes, variés, souvent grandioses, à l’éclairage travaillé. Très maquillé (2h30 de préparation chaque matin), Boris Karloff est vraiment convaincant et sa toute première apparition dans un miroir déformant est saisissante. Myrna Loy est alors une grande habituée des rôles de vamps exotiques, un type de rôle dont elle n’arrivera à se débarrasser qu’avec le succès de The Thin Man, deux ans plus tard. The Mask of Fu Manchu fit forte impression à sa sortie. Vu aujourd’hui, le qualificatif de « charme vénéneux » lui semble tout particulièrement approprié…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Boris Karloff, Lewis Stone, Karen Morley, Charles Starrett, Myrna Loy, Jean Hersholt
Voir la fiche du film et la filmographie de Charles Brabin sur le site IMDB.

 

The Mask of Fu Manchu
Myrna Loy, Charles Starrett et Boris Karloff dans Le Masque d’or de Charles Brabin

The Mask of Fu Manchu
Boris Karloff dans Le Masque d’or de Charles Brabin

The Mask of Fu Manchu
Myrna Loy pose pour Le Masque d’or de Charles Brabin (photo publicitaire).

Remake :
Le masque de Fu-Manchu (The Face of Fu Manchu) de Don Sharp avec Christopher Lee (1965).