31 août 2005

Le mépris (1963) de Jean-Luc Godard

Godard - Le méprisElle :
Film culte que l’on revoit avec grand plaisir, cette adaptation du roman d’Alberto Moravia est à la fois grave et lumineuse : pendant la préparation du tournage d’un film, « Ulysse », réalisé par Fritz Lang qui joue ici son propre rôle, nous assistons à la lente déchirure d’un couple (Brigitte Bardot et Michel Piccoli). Camille, simple dactylo cesse d’aimer Paul, le scénariste, car elle le méprise ; elle l’accuse de complaisance face à son producteur. Godard fait un parallèle intéressant avec l’histoire de Pénélope et Ulysse. La forme du film est novatrice. Scènes mythiques entre Piccoli et Bardot dans l’appartement où Godard fait glisser sa caméra d’une pièce à l’autre comme pour amorcer la fracture. Couleurs éclatantes et violentes de Capri où la tragédie va se jouer entre les deux protagonistes dans une maison rouge qui domine une mer éblouissante. Camille est un être simple qui ne parvient plus à dissiper le mépris qui l’habite. Paul est complètement désynchronisé dans sa vie par ce rejet brutal. N’oublions pas de mentionner la magnifique musique de Georges Delerue qui accentue l’ampleur du drame de ce couple.
Note : 5 étoiles

Lui :
A mes yeux, Le Mépris est le plus beau film de Godard, sur un couple en position instable, au bord de la rupture, et sur la naissance et l’amplification d’un sentiment de mépris de l’un envers l’autre. C’est aussi une réflexion sur la puissance de l’argent et de sa toute puissance dans le monde du cinéma. Godard parvient à utiliser parfaitement les atouts de ses acteurs, à commencer par Bardot, sans jamais en abuser. De nombreuses scènes sont de véritables petits bijoux et sont d’ailleurs devenues des classiques, à commencer par ce superbe générique de début, très cinématographique, avec ces noms donnés en voix off sur une superbe musique de Delerue. Tout le film est d’ailleurs à la fois un superbe hommage au cinéma et un grand moment de cinéma, de pur cinéma, de grand cinéma.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Michel Piccoli, Brigitte Bardot, Jack Palance, Fritz Lang
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-Luc Godard sur le site IMDB.
Voir les autres films de Jean-Luc Godard chroniqués sur ce blog…
Lire aussi  un très beau texte sur le générique et la première scène du film (lien archivé) .

Le MéprisRaoul Coutard dans le célèbre générique de Le Mépris de Jean-Luc Godard.

Le MéprisBrigitte Bardot et Michel Piccoli dans un superbe plan de Le Mépris de Jean-Luc Godard.

Le MéprisJack Palance, Brigitte Bardot et Michel Piccoli dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.

Fritz LangFritz Lang dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.

8 réflexions sur « Le mépris (1963) de Jean-Luc Godard »

  1. Oui, des scènes culte et une atmosphère extraordinaire. Godard a été assez fidèle au roman (qui mérite d’être lu).C’est finalement un des moins déroutants de ses films (avec A bout de souffle).

    « Et mes jambes, tu les aimes mes jambes ? Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ? »…
    Piccoli et son chapeau…

  2. En revanche, Godard jour le rôle de l’assistant metteur en scène, dans la scène finale (celle du tournage en haut de la maison), celui-ci qui dit le dernier mot du film : « Silenzio ! »… Tout un symbole 🙂

  3. J’ai mis du temps à réagir car j’étais absolument persuadé que c’était Godard qui lisait le générique de début…
    J’ai ré-écouté hier et ce n’est manifestement pas sa voix! J’ai corrigé mon texte…

  4. LE MEPRIS vient de se terminer sur arte (toujours un peu à l’étroit sur l’écran car le cadre cinémaScope filmant les protagonistes à chaque bord est parfois coupé à la télé) et je ne peux m’empêcher après la ixième vision de cette indémodable autopsie du moment précis de la fêlure d’un couple (qui fut, comme celles de Bergman ou de Rossellini, en avance sur son temps) d’ajouter encore quelques mots. Et d’abord bravo à Diogène pour son drôlatique résumé minimaliste du film. De Cinecitta à la villa de Malaparte en passant par l’appartement romain et la séance du cinéma Silver où on projette VOYAGE EN ITALIE, l’alfa roméo rouge, la mer bleue, le peignoir jaune et la maison blanche, la répétition à satiété du thème musical, et le film dans le film aux grands aplats de couleurs, tout est si « raccord » que c’en est du grand art; le film avançant dans le temps par lieux avec une grande concision et un sens inné de l’ellipse. Bardot blonde et brune comme dans Vie privée est d’une beauté sans pareil, Piccoli parfait en caricature d’intellectuel cinéphile, double de Godard (mêmes vêtements), et Lang n’ayant plus qu’à terminer seul le tournage de l’Odyssée (il faut le voir allumer ses cigarettes, parler du cinémaScope comme le format convenant aux serpents ou aux enterrements, et avouer à Brigitte que son film préféré est M)

  5. Le commentaire de Diogene est excellent, j’en suis jaloux. C’est dire.

    C’est mon Godard prefere malgre la presence de Brigitte Bardot qui n’est pas mon actrice preferee, tres loin de la, je ne l’ai trouvee vraiment bonne que dans « La verite » de Clouzot. Il y a tellement de choses que j’aime dans ce film qu’en faire une liste serait aussi vaine qu’inutile car il est difficile de tout dissocier tellement tout est imbrique l’un dans l’autre. Je considere la partion de Delerue comme etant sa plus belle et la meilleure musique de film jamais composee avec celle de Bernard Hermann pour « Sueurs froides » d’Hitchcock.

    Quant au recitant du generique, je crois que c’est la voix de Sami Frey qu’on entend. Il avait deja joue pour Godard dans l’inoubliable « Bande a part » et il etait le compagnon de Bardot a cette epoque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *