13 décembre 2019

L’Héritage des 500 000 (1963) de Toshirô Mifune

Titre original : « Gojuman-nin no isan »

L'héritage des 500 000 (Gojuman-nin no isan)Quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’ex-commandant Matsuo est contacté par un riche homme d’affaires pour partir à la recherche d’un trésor de milliers de pièces d’or qu’il avait enterré dans une île des Philippines pendant la guerre…
Si l’on connaît Toshirô Mifune en tant que l’un des plus grands acteurs japonais, notamment dans les films de Kurosawa, on connaît moins son unique réalisation : L’héritage des 500 000. Il s’est entouré d’habituels collaborateurs de Kurosawa, ce dernier ayant même aidé au montage. L’histoire écrite par Ryûzô Kikushima s’inspire d’un fait authentique pour former un film d’aventures qui aborde les thèmes de la mémoire (les 500 000 du titre sont les soldats japonais morts lors des combats sur les îles) et de la lutte entre cupidité et humanité. Le récit acquiert ainsi une certaine profondeur. Sans être remarquable, l’ensemble est de bonne facture. Le film fut un succès au Japon mais n’a jamais été distribué en Europe avant que Carlotta ne l’édite en DVD en 2019.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Toshirô Mifune, Tatsuya Mihashi, Tsutomu Yamazaki, Tatsuya Nakadai
Voir la fiche du film et la filmographie de Toshirô Mifune sur le site IMDB.

L'héritage des 500 000 (Gojuman-nin no isan)Tatsuya Mihashi et Toshirô Mifune dans L’héritage des 500 000 (Gojuman-nin no isan) de Toshirô Mifune.

12 décembre 2019

Le Choix des armes (1981) de Alain Corneau

Le Choix des armesUn jeune et impulsif truand en cavale se réfugie chez un ancien du milieu, aujourd’hui rangé et à la tête d’un haras. Un malentendu va les opposer dans une lutte à mort…
Sur un scénario d’Alain Corneau et Michel Grisolia, Le Choix des armes est un film sur l’affrontement entre deux générations de gangsters : l’ancien (Montand) montre une grande maitrise de soi alors que le plus jeune (Depardieu) est dans une violence incontrôlée et brute. A cette opposition des deux truands répond celle des deux policiers qui les traquent, un jeune impétueux (Lanvin) et un ancien plus réfléchi (Galabru, ici dans un des ses rares rôles purement dramatiques). Sur toute cette histoire vient planer la fatalité, un engrenage dont les deux truands ne pourront s’échapper. La mise en scène d’Alain Corneau est précise et nerveuse. L’interprétation est hors-pair avec un trio d’acteurs principaux qui ont une forte présence à l’écran. Même si l’histoire peut ne pas passionner, le traitement d’Alain Corneau rend le film assez remarquable.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Yves Montand, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Michel Galabru, Gérard Lanvin, Jean-Claude Dauphin
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Corneau sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alain Corneau chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alain Corneau

 Le Choix des armesCatrherine Deneuve et Gérard Depardieu dans Le Choix des armes de Alain Corneau.

 Le Choix des armesJean-Claude Dauphin et Yves Montand dans Le Choix des armes de Alain Corneau.

11 décembre 2019

Cold War (2018) de Pawel Pawlikowski

Titre original : « Zimna wojna »

Cold War (Zimna wojna)Dans les années 50, Wiktor, pianiste, parcourt la campagne polonaise à la recherche de voix et de chansons authentiques pour former un groupe folklorique. Il tombe amoureux de Zula, jeune femme au caractère affirmé et ils jurent de ne plus se quitter…
Cinq ans après le remarqué Ida, Pawel Pawlikowski revient avec cette histoire très forte d’amour impossible, en partie inspirée de la relation chaotique de ses propres parents et de l’histoire du groupe folklorique polonais Mazowsze (Chœur Ballet et Orchestre National de chants et danses populaires de Pologne). Il mêle subtilement à son histoire des éléments qui évoquent l’omniprésence de la surveillance et la pesanteur du joug soviétique. Outre le récit qui s’étale sur une quinzaine d’années, le film séduit aussi par sa forme : la photographie en noir et blanc format 4:3 est très belle, avec des compositions vraiment remarquables et la musique très présente est superbe. Enorme succès en Pologne, le film a été très remarqué à l’international. Prix de la mise en scène à Cannes 2018.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Joanna Kulig, Tomasz Kot, Borys Szyc, Agata Kulesza, Cédric Kahn, Jeanne Balibar
Voir la fiche du film et la filmographie de Pawel Pawlikowski sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Pawel Pawlikowski chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Lorsque Wiktor travaille sur la musique d’un film à Paris, le film montré est Les Vampires (I Vampiri, 1957) de Riccardo Freda avec Gian Maria Canale.
* Le titre original signifie bien « Guerre froide ». A noter que le film a été distribué dans toute l’Europe sous le titre en anglais.

Cold War (Zimna wojna)Joanna Kulig dans Cold War (Zimna wojna) de Pawel Pawlikowski.

Cold War (Zimna wojna)Tomasz Kot dans Cold War (Zimna wojna) de Pawel Pawlikowski.

10 décembre 2019

L’idiot ! (2014) de Yuriy Bykov

Titre original : « Durak »

L'idiot ! (Durak)Dans une ville de Russie, le jeune plombier Dima Nikitin est appelé pour intervenir dans un immeuble d’un quartier populaire. Il découvre une énorme fissure sur toute la hauteur de l’édifice qui penche dangereusement. Il tente de convaincre les édiles de la ville d’évacuer immédiatement les huit cents locataires…
Cet Idiot n’est pas celui de Dostoïevski mais celui du trentenaire Yuriy Bykov. Son film dénonce la corruption, touchant tous les services et administrations qui se protègent mutuellement. Sa vision est rendue encore plus noire avec la peinture des rapports entre les personnes, y compris au sein d’une même famille, dominés par l’amertume due aux désillusions et espoirs déçus. Les personnes comme Dima « on les traite de romantiques, d’altruistes, d’idéalistes ou simplement d' »idiots » pour bien marquer qu’ils ne se comportent pas normalement à une époque où le cynisme, la peur et l’indifférence sont devenus la norme » explique le réalisateur. C’est une vision assez épouvantable de la Russie d’aujourd’hui qu’il nous propose. Tout cela est très noir et exprimé avec une force qui nous secoue.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Artyom Bystrov, Natalya Surkova, Yuriy Tsurilo, Boris Nevzorov
Voir la fiche du film et la filmographie de Yuriy Bykov sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

 L'idiot ! (Durak)Darya Moroz et Artyom Bystrov dans L’idiot ! (Durak) de Yuriy Bykov.

9 décembre 2019

Beaumarchais l’insolent (1996) de Edouard Molinaro

Beaumarchais l'insolent1773. Gudin, fils de l’intendant de Voltaire, arrive à Paris pour rencontrer M. de Beaumarchais qui l’engage comme secrétaire. Beaumarchais travaille alors sur son Barbier de Séville mais il a beaucoup d’autres activités…
Librement inspiré d’une pièce inédite de Sacha Guitry et sans trop s’écarter de la réalité historique, ce film d’Edouard Molinaro nous fait découvrir les nombreuses facettes de ce personnage que l’on connait surtout pour son œuvre théâtrale, notamment la trilogie de Figaro. Beaumarchais était aussi un homme d’affaires, un libre-penseur dont les idées annoncent la Révolution française, un espion pour le compte du roi de France. Il était également musicien, mais cet aspect n’est pas repris par le film. Le rythme est enlevé, virevoltant, à tel point que le début paraît un peu confus. Beaumarchais l’insolent est une grande production historique avec une multitude d’acteurs connus, ou en devenir, dans les seconds rôles. Mais c’est Fabrice Luchini qui est le plus remarquable ; l’acteur parfois trop exubérant a su trouver la bonne mesure, avec un jeu vif mais mesuré. Le film est à la fois divertissant et instructif. Le succès commercial fut au rendez-vous.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Fabrice Luchini, Sandrine Kiberlain, Manuel Blanc, Michel Aumont, Jean-François Balmer, Michel Piccoli, Michel Serrault, Jacques Weber, Jean-Claude Brialy, Patrick Bouchitey, Isabelle Carré, Claire Nebout, José Garcia, Alain Chabat, Judith Godrèche, Murray Head, Dominique Besnehard, Jean Yanne
Voir la fiche du film et la filmographie de Edouard Molinaro sur le site IMDB.

Voir les autres films de Edouard Molinaro chroniqués sur ce blog…

Beaumarchais l'insolentFabrice Luchini et Sandrine Kiberlain dans Beaumarchais l’insolent de Édouard Molinaro.

Beaumarchais l'insolentManuel Blanc et Fabrice Luchini dans Beaumarchais l’insolent de Édouard Molinaro.

8 décembre 2019

D’après une histoire vraie (2017) de Roman Polanski

D'après une histoire vraieDelphine est l’auteur d’un roman à succès consacré à sa mère et doit se mettre à l’écriture de son prochain. Fatiguée par toutes les sollicitations et fragilisée par ses souvenirs, elle rencontre une jeune femme séduisante, intelligente, intuitive et qui la comprend mieux que personne. Delphine se confie, s’abandonne et fait confiance à cette mystérieuse jeune femme…
D’après une histoire vraie est initialement un roman de Delphine de Vigan. Olivier Assayas en a écrit l’adaptation. Cette histoire assez étrange permet à Roman Polanski de mettre en place une de ces atmosphères qu’il affectionne, un climat perturbant où les intentions des personnages restent impénétrables. Eva Green est parfaite pour le rôle, avec son phrasé si particulier et ses changements brusques. C’est la première apparition notable de la fille de Marlène Jobert dans une production française. Le scénario semble un peu inconsistant par endroits, la fin est abrupte. L’ensemble donne un peu l’impression d’avoir été tourné à la hâte (1). Le film n’est pas à classer parmi les grands films de Polanski mais sa mise en scène de cette relation entre deux femmes porte bien sa griffe. Le film n’a eu que peu de succès.
Elle: 3 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Emmanuelle Seigner, Eva Green, Vincent Perez
Voir la fiche du film et la filmographie de Roman Polanski sur le site IMDB.

Voir les autres films de Roman Polanski chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Roman Polanski

(1) Il semble effectivement que ce soit le cas puisque les producteurs voulaient le film terminé pour Cannes 2017. Polanski a notamment dû se passer de ses habituelles séances de répétition.

 D'après une histoire vraieEmmanuelle Seigner et Eva Green dans D’après une histoire vraie de Roman Polanski.

 D'après une histoire vraieEmmanuelle Seigner et Vincent Perez dans D’après une histoire vraie de Roman Polanski.

7 décembre 2019

My Lady (2017) de Richard Eyre

Titre original : « The Children Act »

My Lady (The Children Act)Fiona Maye est juge aux affaires familiales à la Haute Cour de justice d’Angleterre. Accaparée par son métier, elle délaisse son mari qui lui annonce qu’il va la tromper. Dans le même temps, elle doit décider si elle autorise la réalisation d’une transfusion sanguine à un adolescent de 17 ans hospitalisé pour une grave leucémie. Les parents sont des témoins de Jéhovah farouchement opposés à cette intervention nécessaire pour qu’il ait la vie sauve…
Le romancier anglais Ian McEwan a lui-même écrit l’adaptation de son roman L’Intérêt de l’enfant publié en 2014. Le récit est mené assez délicatement par Richard Eyre sans effets ni dramatisation excessive. Emma Thompson donne au film toute son intensité, exprimant de façon harmonieuse puissance et faculté d’écoute et nous laisse percevoir toute la force d’une éthique sous-jacente. Face à elle, la passion perturbatrice et mal définie du jeune et ardent Fionn Whitehead offre un beau contraste. My Lady est un film qui n’est pas spectaculaire mais qui enchante par la qualité du récit et de l’interprétation.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Emma Thompson, Stanley Tucci, Fionn Whitehead, Jason Watkins
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Eyre sur le site IMDB.

Voir les autres films de Richard Eyre chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le titre original The Children Act (qui est aussi le titre original du roman) fait référence à la loi de 1989 qui a révolutionné le droit de l’enfance en plaçant l’intérêt de l’enfant au-dessus de toute considération, dans le cas d’un conflit familial.
* La production a eu le droit très rarement accordé de filmer à l’entrée et dans le grand hall de la Cour royale de justice (Royal Courts of Justice), imposant édifice de l’époque victorienne, situé sur le Strand dans la cité de Westminster à Londres.

 My Lady (The Children Act)Fionn Whitehead et Emma Thompson dans My Lady (The Children Act) de Richard Eyre.

 My Lady (The Children Act)Emma Thompson et Stanley Tucci dans My Lady (The Children Act) de Richard Eyre.

6 décembre 2019

L’espion qui m’a larguée (2018) de Susanna Fogel

Titre original : « The Spy Who Dumped Me »

L'espion qui m'a larguée (The Spy Who Dumped Me)A Los Angeles, Audrey est furieuse d’avoir été larguée par son petit ami. Elle se console avec sa meilleure amie Morgan avec qui elle partage tout. Après avoir appris qu’il travaillait pour la CIA, Audrey et Morgan vont se trouver impliquées dans une affaire qui va les emmener dans toute l’Europe…
Sur un scénario de Susanna Fogel et David Iserson, L’espion qui m’a larguée est une amusante comédie d’espionnage. Le fond de l’histoire est assez simple et peu crédible mais là n’est pas l’important. Tout l’humour repose sur le décalage entre la légèreté des deux héroïnes et les situations de dangers extrêmes auxquelles elles sont confrontées. Il en résulte de brusques variations de tension mais le rythme reste assez effréné. L’humour fonctionne bien et les deux héroïnes se complètent bien : Mila Kunis est indécise mais posée alors que Kate McKinnon est « celle qui en fait dix fois trop ». Les dialogues sont savoureux. Cette comédie bien écrite qui bouleverse les codes du film d’espionnage constitue un bon divertissement. Elle a hélas été plutôt boudée par la critique et par le public.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Mila Kunis, Kate McKinnon, Justin Theroux, Sam Heughan, Gillian Anderson
Voir la fiche du film et la filmographie de Susanna Fogel sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

L'espion qui m'a larguée (The Spy Who Dumped Me)Kate McKinnon et Mila Kunis dans L’espion qui m’a larguée (The Spy Who Dumped Me) de Susanna Fogel.

L'espion qui m'a larguée (The Spy Who Dumped Me)Sam Heughan dans L’espion qui m’a larguée (The Spy Who Dumped Me) de Susanna Fogel.

5 décembre 2019

ZOO (1985) de Peter Greenaway

Titre original : « A Zed and Two Noughts »

Zoo (A Zed & Two Noughts)Un grand cygne blanc provoque un accident aux portes du zoo de Rotterdam. Les épouses de deux frères zoologistes y ont trouvé la mort. La conductrice a survécu mais a perdu une jambe. Grâce à une femme, Venus de Milo, les deux frères vont se rapprocher l’un de l’autre…
Ecrit et réalisé par Peter Greenaway, ZOO (un Z et deux zéros) est d’une richesse étonnante : références mythologiques (1), la Genèse, la théorie de l’évolution de Darwin, l’exploration de phénomènes naturels viennent alimenter une réflexion à la fois scientifique et philosophique, avec un regard sur le traumatisme de la mort (et une fascination presque morbide de la décomposition des corps). Certains leitmotivs viennent se superposer : l’alphabet, la symétrie, le double. Graphiquement, on retrouve fréquemment les rayures noir et blanc, motif du zèbre, et surtout l’attrait pour les tableaux de Vermeer. La photographie est très belle. Peter Greenaway travaille pour la première fois avec le chef-opérateur Sacha Vierny, complice habituel d’Alain Resnais ; il deviendra son directeur de la photographie attitré. La musique de Michael Nyman est superbe. Toutes ces recherches esthétiques et philosophiques pourront paraître apprêtées à certains spectateurs tandis que d’autres apprécieront cette œuvre filmique qui joue sur nos sens et sur notre esprit. On notera la belle et étonnante prestation d’Andréa Ferréol.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Andréa Ferréol, Brian Deacon, Eric Deacon, Frances Barber, Joss Ackland
Voir la fiche du film et la filmographie de Peter Greenaway sur le site IMDB.

Voir les autres films de Peter Greenaway chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Peter Greenaway

Zoo (A Zed & Two Noughts)Eric Deacon, Andréa Ferréol, Brian Deacon et, au premier plan, Agnes Brulet dans ZOO (A Zed & Two Noughts) de Peter Greenaway.

(1) Dans la mythologie grecque, Leda donne naissance aux jumeaux Castor et Pollux après avoir été séduit par Zeus sous la forme d’un cygne.
(Dans une autre version, Léda conçut deux enfants, Hélène et Pollux, qui naquirent dans un œuf, alors que Clytemnestre et Castor, enfants de son mari Tyndare, naquirent dans un autre œuf).

4 décembre 2019

Tunnel (2016) de Kim Seong-hun

Titre original : « Teo-neol »

Tunnel (Teo-neol)Alors qu’il rentre retrouver sa famille, un homme est accidentellement enseveli sous un tunnel, au volant de sa voiture. Il parvient à joindre les secours mais l’opération de sauvetage s’annonce difficile car tout un pan de montagne s’est effondré…
Adaptation d’un roman écrit par So Jae-won, Tunnel est un film catastrophe qui s’écarte des clichés hollywoodiens du genre. Le sud-coréen Kim Seong-hun s’est surtout concentré sur les conséquences du désastre et questionne sur l’importance d’une vie humaine. Le cinéaste critique également les institutions de son pays et fustige l’incompétence. Il dresse en outre un portrait peu flatteur des media-vautours. Les scènes sous les gravats sont très réalistes et l’acharnement du naufragé à survivre est remarquablement mis en scène. Tunnel a connu un très grand succès en Corée.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Ha Jung-woo, Doona Bae, Oh Dal-su
Voir la fiche du film et la filmographie de Kim Seong-hun sur le site IMDB.

Voir les autres films de Kim Seong-hun chroniqués sur ce blog…

Tunnel (Teo-neol)Ha Jung-woo dans Tunnel (Teo-neol) de Kim Seong-hun.

Tunnel (Teo-neol)Oh Dal-su dans Tunnel (Teo-neol) de Kim Seong-hun.