20 février 2021

Sorry We Missed You (2019) de Ken Loach

Sorry We Missed YouRicky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur en travailleur indépendant pour le compte d’une messagerie locale…
Avec Sorry We Missed You, Ken Loach montre les dérives possibles de l’ubérisation du monde du travail, où salariés deviennent de prétendus indépendants. Pris dans ce système, le travailleur peut devenir son propre bourreau. Pour sa démonstration, Ken Loach s’appuie plus sur l’augmentation du temps de travail qui poussera l’homme à négliger sa famille que sur le détournement du statut (les livreurs n’ont ici aucune autonomie réelle et devraient donc être des employés). Si on ne peut qu’être d’accord sur le fond, on peut trouver que la forme est ici moins convaincante. Les personnages montrent moins de profondeur qu’habituellement et celui du fils semble tout simplement mal écrit. L’interprétation reste néanmoins très juste. Quoiqu’il en soit, Sorry We Missed You est un film salutaire parce qu’il dénonce les dérives (possibles/actuelles) de notre société.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Kris Hitchen, Debbie Honeywood, Rhys Stone, Katie Proctor, Ross Brewster
Voir la fiche du film et la filmographie de Ken Loach sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ken Loach chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Ken Loach

Sorry We Missed YouKatie Proctor et Kris Hitchen dans Sorry We Missed You de Ken Loach.

11 janvier 2019

Moi, Daniel Blake (2016) de Ken Loach

Titre original : « I, Daniel Blake »

Moi, Daniel BlakeA la suite d’un accident cardiaque, les médecins de Daniel Blake lui interdisent de travailler. Il est toutefois déclaré apte par une compagnie privée mandatée par l’administration. Lors d’un rendez-vous au centre d’emploi, il fait la connaissance de Katie Morgan et se prend de sympathie pour elle…
Pour écrire leur scénario, Ken Loach et Paul Laverty se sont livrés à une longue enquête sur le terrain et recueilli de nombreux témoignages. Leur histoire met en évidence les incohérences et la déshumanisation des services administratifs qui prend souvent des allures kafkaïennes et broie les individus. Tout l’art de Ken Loach est de le faire sans misérabilisme, pointant les défauts sans chercher la polémique ; son propos est surtout humaniste : il nous rappelle qu’il ne faut pas oublier l’humain. Il est difficile de ne pas se prendre de sympathie pour ses personnages. Palme d’or au Festival de Cannes 2016.
Elle: 5 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Dave Johns, Hayley Squires
Voir la fiche du film et la filmographie de Ken Loach sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ken Loach chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Ken Loach

Contexte social (pour mieux comprendre la situation bizarre où Daniel Blake se retrouve) :
Depuis octobre 2008, les autorités du Royaume-Uni considèrent que de nombreuses personnes présentant des problèmes de santé ou de handicap peuvent accéder à un travail. C’est une compagnie privée qui évalue cette possibilité par questionnaire sans consultation du médecin. S’ils sont déclarés aptes, une prestation est versée, l’ESA (Employment and Support Allowance), pour les aider à retrouver une activité. Ils sont tenus de participer à une série d’entretiens concernant leur recherche d’emploi. (Texte repris de Wikipedia et complété)

Moi, Daniel Blake
Dave Johns et Hayley Squires dans Moi, Daniel Blake de Ken Loach.

5 juin 2013

La Part des anges (2012) de Ken Loach

Titre original : « The Angels’ Share »

La part des angesJugé pour agression, le jeune Robbie échappe de peu à la prison : il est condamné à accomplir des travaux d’intérêt général. L’éducateur qui lui est assigné se prend d’intérêt pour lui et le guide. Il lui fait connaitre le monde de la dégustation du whisky dans lequel Robbie montre rapidement une grande aptitude… Ken Loach fait un mélange de film social et de comédie. La Part des anges débute sous haute tension, montrant l’enfermement dans la violence d’un petit groupe de délinquants, avant de s’orienter franchement vers le burlesque. Le parcours de ces quatre Pieds nickelés dévient franchement cocasse et a finalement quelque chose d’attachant. Ken Loach est délibérément optimiste, même si c’est au prix d’une certaine invraisemblance.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Paul Brannigan, John Henshaw, William Ruane, Roger Allam
Voir la fiche du film et la filmographie de Ken Loach sur le site IMDB.

Voir les autres films de Ken Loach chroniqués sur ce blog…