9 mars 2020

Asako I & II (2018) de Ryûsuke Hamaguchi

Titre original : « Netemo sametemo »

Asako I & II (Netemo sametemo)Lorsque son premier grand amour disparaît du jour au lendemain sans prévenir, Asako est abasourdie et quitte Osaka pour changer de vie. Deux ans plus tard à Tokyo, elle rencontre un homme qui ressemble trait pour trait à son premier amour. D’abord réticente, elle finit par en tomber amoureuse…
Basé sur un roman de l’écrivaine japonaise Tomoka Shibasaki, Asako I & II nous raconte une grande passion amoureuse de façon posée et très délicate. La force des sentiments ne génère pas ici d’éclats spectaculaires, les tourments restent intérieurs mais n’en sont pas moins profonds. Il se dégage même une impression de grand calme, renforcée par la douceur des traits des deux personnages principaux. Quelle est la réelle nature de l’amour ? Est-il transposable ? Ryūsuke Hamaguchi fait preuve d’une grande sensibilité en explorant ces thèmes particulièrement insondables.
Elle: 4 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Masahiro Higashide, Erika Karata
Voir la fiche du film et la filmographie de Ryûsuke Hamaguchi sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Ryûsuke Hamaguchi chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Ryūsuke Hamaguchi est un réalisateur japonais très peu connu en France. La présentation de Asako I & II en compétition à Cannes en 2018 a permis de le découvrir.

Asako I & II (Netemo sametemo)Erika Karata et Masahiro Higashide dans Asako I & II (Netemo sametemo) de Ryûsuke Hamaguchi.

20 octobre 2019

Invasion (2017) de Kiyoshi Kurosawa

Titre original : « Yocho »

Invasion (Yocho)La jeune Etsuko remarque des changements de comportement chez son mari, qui semble pensif et éteint. Son patron a lui aussi un comportement bizarre mais c’est chez son amie que la modification est la plus spectaculaire : sans raison, elle est terrorisée à la seule vue de son père avec qui elle vit depuis plusieurs années à tel point qu’elle doit être hospitalisée…
Basé sur une pièce de théâtre bien connue au Japon de Tomohiro Maekawa, Invasion reprend, avec des personnages différents, le thème déjà développé dans Avant que nous disparaissions (2017), le film précédent de Kiyoshi Kurosawa (qui, rappelons-le, n’a aucun lien avec Akira Kurosawa). L’idée de départ a déjà été utilisée à de nombreuses reprises dans la science-fiction classique ; le film est donc plus remarquable par sa forme. A l’heure où science-fiction au cinéma est synonyme d’effets spéciaux, Kiyoshi Kurosawa n’en utilise aucun. Il crée une atmosphère forte, pleine d’interrogations et d’incertitudes, qui capture toute notre attention. Il est en revanche moins convaincant quand il semble vouloir glisser vers l’horreur (ce qu’il ne fait heureusement pas). Tout le récit est vu à travers les yeux candides d’Etsuko, jeune femme simple à première vue qui se révèle étonnante par la suite. Invasion a visiblement été tourné avec peu de moyens mais ne manque pas d’intérêt.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Kaho, Shôta Sometani, Masahiro Higashide, Ren Osugi
Voir la fiche du film et la filmographie de Kiyoshi Kurosawa sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Kiyoshi Kurosawa chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Kiyoshi Kurosawa

Remarques :
* Invasion a tout d’abord été conçu pour la chaîne de télévision japonaise WOWOW. Cette série initialement découpée en 5 épisodes a été remontée pour être distribuée en un film de 140 minutes.
* Kiyoshi Kurosawa décrit le récit comme un hommage aux films de science-fiction des années 1950. On peut effectivement penser au grand classique L’Invasion des profanateurs de sépultures (Invasion of the Body Snatchers, 1956) de Don Siegel.

Invasion (Yocho)Kaho dans Invasion (Yocho) de Kiyoshi Kurosawa.

Invasion (Yocho)Kaho, Masahiro Higashide et (au premier plan) Shôta Sometani dans Invasion (Yocho) de Kiyoshi Kurosawa.