7 septembre 2021

Le Grand Chantage (1957) de Alexander Mackendrick

Titre original : « Sweet Smell of Success »

Le Grand Chantage (Sweet Smell of Success)J.J. Hunsecker est l’éditorialiste le plus influent de New York. Il a décidé d’empêcher sa sœur d’épouser un guitariste de jazz. Pour cela, il demande à Sidney Falco, petit attaché de presse arriviste et sans scrupules, de tout faire pour empêcher cette union…
Si Alexander Mackendrick est surtout connu pour ses excellentes comédies réalisées en Angleterre pour les studios Ealing (1), le réalisateur est né aux Etats Unis, a grandi en Ecosse et, à son retour, Sweet Smell of Success est son premier film américain. Il s’agit d’un film noir se déroulant dans le monde des médias, plus précisément du journalisme à scandales. Le scénario est basé sur une histoire écrite par l’excellent Ernest Lehman qui connait bien ce monde. Le film bénéficie de dialogues signés Clifford Odets, débités très rapidement, mordants, au ton ironique et amer qui donne au film une certaine rage appuyée par la frénésie de la mise en scène. Les deux personnages principaux n’en paraissent que plus méprisables dans leur soif de pouvoir et de réussite. La très grande majorité des scènes se déroulent de nuit. La photographie signée par le grand James Wong Howe (2) est superbe. La musique n’est pas en reste,  le jazz y est très présent : outre la partition d’Elmer Bernstein, le Chico Hamilton Quintet fait une apparition remarquée. Film puissant, presque dérangeant, Sweet Smell of Success fut un échec à sa sortie.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Burt Lancaster, Tony Curtis, Susan Harrison, Martin Milner, Jeff Donnell, Sam Levene
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexander Mackendrick sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alexander Mackendrick chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Alexander Mackendrick

Remarque :
* Le personnage interprété par Burt Lancaster est inspiré du journaliste échotier newyorkais Walter Winchell qui a officié dans les années 30 et 40 et 50. Tout aussi craint qu’admiré, il était spécialisé dans mes rumeurs à parfum de scandale. Après la guerre, il fut un soutien actif de Joseph McCarthy dans sa traque des communistes, n’hésitant pas à créer de fausses rumeurs pour casser des réputations. Obsédé par la vie amoureuse de sa fille, il a l’a faite interner et fait expulser son fiancé par le directeur du FBI J. Edgar Hoover.

Le Grand Chantage (Sweet Smell of Success)Burt Lancaster dans Le Grand Chantage (Sweet Smell of Success) de Alexander Mackendrick.
Le dossier de presse de l’époque affirmait que le directeur de la photographie James Wong Howe avait appliqué de la vaseline sur ses lunettes pour rendre son regard plus noir et menaçant.

Le Grand Chantage (Sweet Smell of Success)Susan Harrison et Tony Curtis et dans Le Grand Chantage (Sweet Smell of Success) de Alexander Mackendrick.

(1) 1949 : Whisky à gogo ! (Whisky galore)
1951 : L’Homme au complet blanc (The Man in the White Suit)
1952 : La Merveilleuse Histoire de Mandy (Mandy) (film dramatique)
1954 : The Maggie
1955 : Tueurs de dames (The Ladykillers)

(2) Aperçu de la filmographie de James Wong Howe

 

4 mai 2015

L’homme au complet blanc (1951) de Alexander Mackendrick

Titre original : « The Man in the White Suit »

L'homme au complet blancChimiste passionné, Sidney Stratton se fait embaucher comme manutentionnaire dans une grande entreprise textile à Manchester et parvient à s’introduire dans le laboratoire de l’usine pour y mener ses recherches. C’est ainsi qu’il va réussir à inventer un tissu révolutionnaire… L’homme au complet blanc fait partie des meilleures comédies anglaises de la (trop) courte période des Studios Ealing. L’histoire est amusante, elle joue avec les stéréotypes, s’amuse à faire des rapprochements inattendus (patrons et ouvriers unis dans un refus du modernisme). Alec Guinness est parfait dans son personnage d’inventeur obsédé par ses recherches, avec un air de grand naïf, lunaire, presque coupé du monde qui l’entoure. L’humour est constant tout en restant retenu, il va souvent se nicher dans les détails. L’homme au complet blanc fait ainsi partie de ces films qui se revoient avec beaucoup de plaisir.
Elle:
Lui : 5 étoiles

Acteurs: Alec Guinness, Joan Greenwood, Cecil Parker, Michael Gough, Ernest Thesiger
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexander Mackendrick sur le site IMDB.

Voir les autres films de Alexander Mackendrick chroniqués sur ce blog…

Voir le livre écrit par Alexander Mackendrick

L'homme au complet blanc
Alec Guinness est L’homme au complet blanc dans le film de Alexander Mackendrick (à l’arrière plan : Charles Cullum et Michael Gough).

Remarques :
* Le bruitage si particulier de l’assemblage d’appareils et de cornues du laboratoire a été fait avec, entre autres, un basson et un tuba.
* Le patron de l’usine serait inspiré de Michael Balcon, le patron d’Ealing, et l’ouvrier syndicaliste par Sydney Cole, le producteur du film, très soucieux du droit des travailleurs au sein du studio.

* Bien qu’il soit né (et mort) aux Etats-Unis, Alexander Mackendrick était anglais de coeur (ses parents sont revenus vivre dans leur Ecosse natale lorsqu’il était encore enfant). Il a réalisé pour la Ealing trois perles de la comédie britannique : Whisky Galore! (1949), The Man in the White Suit (1951) et The Ladykillers (1955).
On pourrait y ajouter, toujours pour la Ealing,  Mandy (1952) (très rare, je ne l’ai personnellement jamais vu) et Maggie (1954).
Après 1955, il est passé aux Etats-Unis avec notamment l’excellent Sweet Smell of Success (1957) avec Burt Lancaster et Tony Curtis, film dont l’insuccès a injustement sabordé la carrière de réalisateur.

24 avril 2013

Whisky à gogo (1949) de Alexander Mackendrick

Titre original : « Whisky Galore! »

Whisky à gogoEn 1943, le plus grand drame vécu par les habitants d’une petite île des Iles Hébrides, au nord-ouest de l’Ecosse, n’est pas la guerre… mais le manque de whisky. Le moral est au plus bas. Aussi, lorsqu’un navire renfermant en ses soutes des milliers de caisses de whisky fait naufrage sur les récifs de l’île, c’est la mobilisation générale…  Passport to Pimlico, Whisky Galore, Kind Hearts and Coronets (Noblesse oblige), ces trois films sortis en 1949 ont établi la réputation des productions Ealing dans le domaine de l’humour. Whisky Galore est adapté d’un livre de Compton MacKenzie inspiré d’un fait réel (1). Il a été tourné entièrement en décors naturels, sur l’île de Barra, de nombreux rôles de figuration étant tenus par les habitants eux-mêmes. L’humour, très anglais bien entendu, est bien présent, avec une ironie plutôt bon enfant sauf envers le représentant de l’ordre, un capitaine anglais pompeux qui est proprement ridiculisé. Dans la querelle entre l’Angleterre et l’Ecosse, Whisky Galore est ainsi nettement dans le camp des écossais (2) et on ne sera guère surpris d’apprendre que le film est très populaire en Ecosse! Avec beaucoup de fraîcheur et d’ironie, Whisky Galore reste un film très amusant à regarder.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Basil Radford, Catherine Lacey, Bruce Seton, Joan Greenwood, Gordon Jackson
Voir la fiche du film et la filmographie de Alexander Mackendrick sur le site IMDB.

Remarques :
Whisky à gogo* La fin moralisante, qui stipule que le whisky n’a apporté que le malheur aux habitants, a été insérée sous la pression de la censure américaine.
* Le titre français a donné son nom à une boîte de nuit parisienne, le Whisky à gogo, célèbre pour avoir été fréquentée par Jim Morrison et Serge Gainsbourg.
* Compton MacKenzie, l’auteur du livre, tient un petit rôle dans le film : celui du capitaine qui s’échoue.

(1) En 1941, près de l’île d’Eriskay dans les Nouvelles Hébrides, le cargo SS Politician fit naufrage avec une cargaison de plus de 20 000 caisses de whisky. L’histoire du « sauvetage » de très nombreuses caisses par un groupe d’habitants de l’île est devenue légendaire.

(2) Notons que si Ealing est une société de production anglaise, auteur et réalisateur de Whisky à gogo sont écossais (Alexander Mackendrick est américain mais ses parents sont écossais).