9 novembre 2012

Les bien-aimés (2011) de Christophe Honoré

Les bien-aimésLes vies sentimentales d’une mère et de sa fille, toutes deux en résonnance avec celle de la mère, quarante ans auparavant au début des années soixante… Avec Les bien-aimés, Christophe Honoré renoue avec le film musical qu’il avait exploré avec bonheur dans Les chansons d’amour. Alex Beaupain a ainsi composé douze chansons qui sont souvent des monologues intérieurs ou des dialogues. La façon d’intégrer ces chansons dans le récit est très réussie, elles arrivent naturellement et apportent un joli souffle de lyrisme. Christophe Honoré a soigné sa reconstitution des années soixante (bien qu’elle soit plutôt années cinquante que soixante), joliment colorée, servie par une très belle photographie. Il filme les jambes et plus particulièrement les chaussures avec un fétichisme amusant (difficile de ne penser à Truffaut). Un autre point remarquable chez Christophe Honoré est le soin qu’il met à apporter de la vie par ses arrière-plans : il y a toujours beaucoup de figurants, pas de ceux qui semblent n’être là que pour meubler mais plutôt de ceux qui sont là pour vivre leur vie. Côté acteurs, Chiara Mastroianni est parfaite, apportant beaucoup de profondeur à son personnage. On se demande pourquoi, avec tant de qualités, on s’ennuie plutôt… C’est finalement l’histoire qui est probablement le point faible. Cette variation sur la vulnérabilité peine à nous toucher. Peut-être, le film aurait du être plus court, peut-être aurait-il fallu supprimer ces années soixante qui, placées en début de film, apporte un peu de superficialité. L’ensemble est un peu trop parfait, d’un mélancolisme de bon ton. Les bien-aimés est un film élégant mais plutôt ennuyeux.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Chiara Mastroianni, Catherine Deneuve, Ludivine Sagnier, Louis Garrel, Paul Schneider, Radivoje Bukvic
Voir la fiche du film et la filmographie de Christophe Honoré sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christophe Honoré chroniqués sur ce blog…

3 commentaires sur « Les bien-aimés (2011) de Christophe Honoré »

  1. J’ai toujours un peu de mal avec le cinéma de Christophe Honoré que je trouve très parisien et « bobo » (je le dis d’autant plus aisément que je suis moi-même parisien et sans doute plutôt bobo aux yeux de certains). Je trouve son cinéma très artificiel.
    Vous n’avez pas signalé la présence surprenante de Milos Forman !!

  2. Oui, le réalisateur Milos Forman (78 ans) interprète l’ex-mari et Michel Delpech le nouveau… Mmm, j’ai préféré ne pas en parler. 😉
    Bon, ni l’un ni l’autre ne sont des acteurs, donc on peut les excuser. Quand l’un d’eux est face à Deneuve, cela passe encore mais dans la scène où ils sont face à face, tous seuls, c’est épouvantable !

  3. J’ignore si j’appartiens à la catégorie des « bobos » et je ne suis pas parisien mais je peux vous assurer que j’éprouve exactement le même sentiment que Luc Jardin (cf. supra) à l’endroit des films de C. Honoré. Artificiels, parisianistes, cultivant l’entre-soi à l’envi et surtout – c’est le plus gênant – profondément ennuyeux. Ennuyeux et laids sont les deux adjectifs qui me viennent spontanément à l’esprit pour qualifier les gâchis de pellicule signés C. Honoré. Je dois avouer que je n’ai pas pu regarder jusqu’au bout « Non ma fille… ». La séquence bretonne, aussi mal filmée (comme tout le reste d’ailleurs) qu’insupportablement longue, atteint des sommets d’inanité. Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour dire tout le mal que je pense de ce cinéma, ou pour justifier les ricanements que m’inspirent ceux qui le défendent et s’en gargarisent à qui mieux-mieux, mais je me suis promis de ne plus tirer à vue. Dont acte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *