1 août 2022

BAC Nord (2020) de Cédric Jimenez

BAC Nord2012. Les quartiers Nord de Marseille détiennent un triste record : la zone au taux de criminalité le plus élevé de France. Poussée par sa hiérarchie, la brigade de terrain BAC Nord cherche sans cesse à améliorer ses résultats. Dans un secteur à haut risque, les flics adaptent leurs méthodes, franchissant parfois la ligne jaune. Jusqu’au jour où le système judiciaire se retourne contre eux…
BAC Nord est un film français co-écrit et réalisé par Cédric Jimenez. Il met en scène une équipe de policiers sous pression maximale qui finissent par adopter les pratiques des délinquants pour mieux les traquer. Le film est solidement réalisé, nous immergeant au beau milieu de scènes intenses, d’une tension extrême. La réalisation est bien maitrisée et ce western urbain est emmené par un trio de comédiens très convaincants. Mais il paraît impossible de regarder le film en faisant abstraction de son contexte : comme on le sait, il fait référence à une affaire réelle aux répercutions politiques multiples, une affaire sur laquelle il est difficile d’avoir une opinion (du moins, autre que dogmatique). Le film a été diversement apprécié par la critique ; gros succès auprès du public.
Elle: 4 étoiles
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Gilles Lellouche, Karim Leklou, François Civil, Adèle Exarchopoulos, Kenza Fortas
Voir la fiche du film et la filmographie de Cédric Jimenez sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Cédric Jimenez chroniqués sur ce blog…

BAC NordKarim Leklou, François Civil, Gilles Lellouche et Adèle Exarchopoulos dans BAC Nord de Cédric Jimenez.

Une réflexion sur « BAC Nord (2020) de Cédric Jimenez »

  1. Pour ma part, je trouve trèèèès problématique un film qui, sous couvert d’apparentes critiques d’abus policiers, adopte de facto un point de vue radicalement orienté et manipulateur en faveur de la propagande policière.

    De nombreux sociologues travaillant sur ces quartiers et cette affaire ont souligné que ce film réécrit l’histoire au bénéfice des policiers, ne rend absolument pas compte de la réalité complexe (c’est toute l’astuce : faire semblant d’être nuancé et complexe pour en réalité porter un regard manipulateur, l’enfance de l’art) et adoucit considérablement les infractions gravissimes, le racisme et les violences récurrentes dont est coutumière cette BAC (attestés par les témoins universitaires).

    Bref, un film très malaisant, très malsain, politiquement très problématique. Un film qui réécrit l’histoire sournoisement, en lâchant 10% de critiques et de dénonciations pour masquer les 90% les plus graves. Qu’il soit « solidement réalisé » le rend encore plus dangereux et donc insoutenable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.