9 mai 2018

Si j’étais le patron (1934) de Richard Pottier

Si j'étais le patronOuvrier dans une usine automobile, Henri Janvier a inventé chez lui un silencieux révolutionnaire. Il a ainsi réussi là où l’ingénieur de son usine échoue depuis des années. Son intention est de montrer son invention à la direction mais ce n’est pas si facile…
Si j’étais le patron est le premier long métrage de Richard Pottier, alors âgé de 28 ans. C’est aussi l’un des premiers scénarios de Jacques Prévert pour le cinéma, co-signant ici avec André Cerf et René Pujol. Il s’agit d’une comédie légère se déroulant dans le monde du travail, mettant en vedette « le sens commun », un thème que l’on retrouve beaucoup dans les comédies américaines de la même époque. L’ensemble est un peu inégal : de nombreuses scènes sont parfaitement écrites et se révèlent assez jubilatoires mais la grande scène de la fête et de la soulographie qui suit paraît bien longue. La réalisation de Richard Pottier est classique mais sans faille et l’interprétation est excellente, avec des seconds rôles vraiment savoureux. Un beau début pour un réalisateur qui sera en suite quelque peu inégal.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Fernand Gravey, Max Dearly, Mireille Balin, Charles Dechamps, Palau, Pierre Larquey
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Pottier sur le site IMDB.

Voir les autres films de Richard Pottier chroniqués sur ce blog…

Si J'étais le patron
Mireille Balin et Fernand Gravey dans Si j’étais le patron de Richard Pottier.

Si j'étais le patron
Georges Vitray et Max Dearly dans Si j’étais le patron de Richard Pottier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *