21 décembre 2012

La fin du monde (1931) d’Abel Gance

La fin du mondeJean, acteur, écrivain et poète, et son frère Martial, astronome nobélisé, sont amoureux de la même femme. Jean veut se retirer pour son frère qui refuse ce sacrifice. Martial découvre qu’une comète va heurter la terre dans 114 jours. La panique s’empare de la population. Martial parvient à faire proclamer la République Universelle… La fin du monde est le premier film parlant d’Abel Gance. Après La Roue et Napoléon, le réalisateur se lance à nouveau dans une très grande fresque prévue pour durer trois heures. Il y tient lui-même le rôle principal. Hélas, malgré tout le génie qu’il a pu montrer dans ses productions en cinéma muet, Abel Gance ne parvient pas à maitriser le parlant dès cette première production : le jeu des acteurs est épouvantablement théâtral. La fin du mondeDe plus, le scénario fait montre d’une naïveté presque puérile et s’empêtre dans le romanesque et dans un essai de créer un Christ moderne. Le film sera amputé de moitié avant même sa sortie et c’est donc une version de 105 minutes qui sera commercialisée. La fin du monde reste toutefois intéressant à visualiser car il témoigne des ambitions d’Abel Gance, véritable auteur de cinéma.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Abel Gance, Colette Darfeuil, Victor Francen
Voir la fiche du film et la filmographie de Abel Gance sur le site IMDB.

Voir les autres films de Abel Gance chroniqués sur ce blog…

Remarque :
La fin du monde Après une projection en 1964, Abel Gance déclarera : « C’est un désastre. Je trouve tout le film exécrable, le jeu des acteurs, moi compris, ridicule, le sujet invraisemblable. Quelques séquences peuvent servir d’extraits de cinémathèque, et encore ! » (cité dans Abel Gance par Roger Icart, Ed. L’âge d’homme).

Une réflexion sur « La fin du monde (1931) d’Abel Gance »

  1. La faim du monde

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/12/la-faim-du-monde/
    Avez-vous songé aux préparatifs pour la fin du monde ?
    Non!
    Qu’est-ce que vous attendez?
    Toujours la dernière minute.
    Je ne vous l’ai peut-être pas dit, mais le ciel n’attend pas.
    Vous voulez que je vous indique le chemin?
    C’est malin.
    Le chemin et le seul c’est de se prendre en main.
    Assumer vous ne risquez pas d’être plus abîmé.
    Qu’est-ce que vous avez mis de côté ?
    Non… vous pouvez balancer toute la monnaie… le royaume des cieux est pavé de bonnes intentions, on ne vous fera pas payer les frais de déplacement… ni l’emménagement… ni le firmament…

    Tout y est à l’œil… l’éternité n’a pas de prix
    Laissez tomber les vêtements… vous serez seuls et nus
    Non, il n’y aura personne pour vous importuner, pour vous épier
    Ou pour vous la refaire à l’envers…
    Chacun aura l’impression de disposer de tout l’univers…
    Non l’eau ne coulera pas à flots…
    Parce que l’atome d’oxygène n’aura pas le droit de copuler avec l’atome d’hydrogène…
    Tous les éléments retrouveront leur liberté, leur singularité…
    Plus de mélange… tout sera séparé.
    L’individu est Roi… et son royaume sera indivisible…
    Visiblement, on ne pourra pas partager l’invisible. Vous songez déjà à vos amours ? Pas la peine d’y songer, votre cœur ne fera plus de différence entre présence et absence… votre amour n’aura besoin d’aucun recours… vous serez seul mais comblé…
    De quoi vous aurez donc besoin, afin de vous y préparer?
    D’un truc pour ne pas vous ennuyer… parce que c’est très long, une éternité…
    Quel truc ? je ne suis pas bien informée
    Chacun son truc.
    Vous voulez savoir quel est mon truc à moi, pour ne pas sombrer quand je serais de l’autre côté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *