18 août 2018

Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) de Maurice Pialat

Nous ne vieillirons pas ensembleJean, qui est cinéaste, ne vit plus vraiment avec sa femme Françoise : depuis plusieurs années, il réside le plus souvent chez sa maîtresse Catherine sans se résoudre à divorcer de l’une pour épouser l’autre…
Nous ne vieillirons pas ensemble est le deuxième long métrage de Maurice Pialat. Il est adapté de son propre roman, qu’il a présenté comme étant autobiographique. C’est la description d’une relation tumultueuse qui se détériore de plus en plus, une relation marquée par l’égoïsme et les soudaines poussées de colère de l’homme. C’est une description brute des sentiments sous leurs aspects les plus cruels. Maurice Pialat filme cela avec une grande vérité, nue, sans artifice. Marlène Jobert est particulièrement émouvante en jeune femme finalement très forte, qui doit toujours encaisser. Et au-delà du caractère odieux et cruel de son personnage, Jean Yanne parvient à exprimer un profond désarroi, une insatisfaction chronique. L’acteur fut récompensé par le Prix d’interprétation masculine à Cannes.
Elle: 5 étoiles
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Marlène Jobert, Jean Yanne, Macha Méril
Voir la fiche du film et la filmographie de Maurice Pialat sur le site IMDB.

Voir les autres films de Maurice Pialat chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Maurice Pialat

Nous ne vieillirons pas ensemble
Marlène Jobert et Jean Yanne dans Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat.

Un commentaire sur « Nous ne vieillirons pas ensemble (1972) de Maurice Pialat »

  1. J’ai découvert , tout jeune , Pialat avec ce film qui m’avait ennuyé. Me souviens que la salle était pleine et s’endormait, d’un Yanne insultant, d’une R16 et de Marlène Jobert ne portant pas de soutien-gorge. Ne me souviens par contre rien des autres films de Pialat que je me suis enquiquiné à voir (malgré Depardieu sans soutien-gorge ? ) . Une précision quand même, dans la même salle ( le Paris à Arcachon en juillet 1972 ) , je crois le lendemain , j’ai vu  » tout le monde il est beau…  » , salle toujours aussi pleine mais cette fois éclatée, moi le premier , même si on comprenait pas tout, et jean Yanne ce coup attachant …Allez comprendre le box office….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *