30 novembre 2011

Regeneration (1915) de Raoul Walsh

Regeneration (Film muet) Orphelin à 10 ans, le jeune Owen grandit à Bowery, quartier pauvre de New York où il apprend la dure loi de la rue. Devenu chef d’une petite bande à 25 ans, il fait la rencontre de Marie qui tente d’apporter un peu d’humanité et d’éducation dans le quartier… Regeneration fait partie des premiers longs métrages de Raoul Walsh qui avait alors 28 ans et qui venait de signer à la toute jeune Fox (1). Il a joui d’une totale liberté pour adapter l’autobiographie d’Owen Kildare. C’est ainsi l’un des premiers longs métrages montrant des gangsters (2). L’histoire est très conventionnelle mais Walsh adopte une approche très réaliste, il va filmer sur les lieux même de l’action, dans Bowery, et utilise les habitants du quartier pour faire de la figuration. Son film en paraît ainsi très authentique. La grande scène de l’incendie du bateau sur l’Hudson lui valut de se retrouver sous les verrous. L’incident ayant attiré plus de 20 000 badauds sur les rives (3), William Fox pressa Walsh de terminer en 5 jours pour profiter de cette publicité gratuite (4). Ce qu’il fit. Sa façon de filmer est assez moderne, avec une bonne utilisation des gros plans et des changements de plan, ce qui donne du rythme à l’ensemble. Raoul Walsh montre ainsi son talent dès le début de sa carrière.
Elle:
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Rockliffe Fellowes, Anna Q. Nilsson
Voir la fiche du film et la filmographie de Raoul Walsh sur le site IMDB.

Voir les autres films de Raoul Walsh chroniqués sur ce blog…

(1) Précédemment, Raoul Walsh avait tourné surtout des courts métrages pour la Biograph, mais aussi quelques longs métrages, dont The life of General Villa, et également joué dans plusieurs films de Griffith dont Naissance d’une Nation. La Fox a été officiellement créée le 1er février 1915 soit 6 mois avant la sortie de Regeneration.
(2) Un autre film mettant en scène des gangsters était sorti quelques mois plus tôt : Alias Jimmy Valentine (1915) de Maurice Tourneur avec Robert Warwick et Robert Cummings.
(3) La scène de l’incendie sur le bateau renvoie au terrible accident du General Slucum sur l’East River, 10 ans auparavant, qui avait fait plus de 1000 morts. C’est peut-être pour cette raison que l’incident a attiré tant de badauds. (A noter que cet évènement tragique est reconstitué dans le film Manhattan Melodrama (1934) de W.S. Van Dyke)
(4) C’est du moins ce que raconte Raoul Walsh lui-même dans son autobiographie « Un demi-siècle à Hollywood » (1974).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *