25 avril 2011

L’esclave libre (1957) de Raoul Walsh

Titre original : « Band of Angels »

L'esclave libreLui :
Fille d’un grand propriétaire du Kentucky, la jeune Amantha Starr passe une enfance sans histoire et fréquente les meilleures écoles. Lorsque son père meurt subitement, peu avant le début de la Guerre de Sécession, elle apprend que sa mère, qu’elle n’a jamais connue, était en réalité une esclave noire ce qui fait d’elle aussi une esclave. Elle est emmenée de force à La Nouvelle Orléans pour être vendue aux enchères afin de couvrir les dettes de son père. Hamish Bond, un riche planteur, se porte tout de suite acquéreur… L’esclave libre (Band of Angels) est l’adaptation d’un roman de Robert Penn Warren. C’est un grand film romanesque de la fin de carrière de Raoul Walsh. Au-delà de l’histoire d’amour, ou plus exactement, L'esclave libre imbriqués dans cette histoire d’amour, se retrouvent plusieurs thèmes sur la traite des noirs, l’importance du passé, les rapports entre blancs et noirs ; ces thèmes sont abordés sous de multiples facettes, de façon assez subtile. Raoul Walsh a le talent d’éviter tout excès de pathos et toute lourdeur. Il filme même cette histoire de façon assez délicate avec de beaux et lents mouvements de caméra. L’esclave libre a été injustement maltraité par la critique à sa sortie (1). Le film fut un échec commercial. Etait-il trop subtil ?
Note : 4 étoiles

Acteurs: Clark Gable, Yvonne De Carlo, Sidney Poitier, Andrea King, Rex Reason, Patric Knowles
Voir la fiche du film et la filmographie de Raoul Walsh sur le site IMDB.

Voir les autres films de Raoul Walsh chroniqués sur ce blog…

Remarques :
(1) Band of Angels a dès le début été rapproché ou comparé à Autant en emporte le vent. Il s’est trouvé affublé du surnom peu avantageux de « l’ombre d’Autant en emporte le vent » (« ghost of Gone with the Wind ») ; ce surnom fut certes l’occasion de faire un mot d’esprit pour ceux qui l’ont colporté mais la comparaison est totalement inappropriée : hormis la période qui est la même et la présence de Clark Gable, il n’y a guère de points communs, les propos sont totalement différents.

6 commentaires sur « L’esclave libre (1957) de Raoul Walsh »

  1. Erreur de saisie vers la fin : « Howard Hawks sait éviter tout excès de pathos et toute lourdeur » 🙂

    Merci pour toutes ces chroniques qui font voyager dans le cinéma (reste à trouer le temps d’en voir autant que vous)

  2. Merci pour votre commentaire.
    Je ne vois pas bien l’erreur dans ma phrase. Est-ce le verbe « savoir » ? Il peut, je crois, être interprété différemment en Belgique…
    Bon, par sécurité, j’ai changé ma formule.

  3. L’erreur n’est pas dans la formulation, mais dans le nom du réalisateur : Howard Hawks au lieu de Raoul Walsh…

  4. J’ai personnellement toujours trouvé Autant en Emporte le Vent surfait. Après tout, il s’agit d’une femme qui court pendant 3heures et 15 ans après un type pour s’aperçevoir que le bon est sous ses yeux depuis tout ce temps!! Si c’est pas une idiote… Band of Angels est un film plus subtil dans ses thèmes et quelque part plus romanesque. Walsh a pris un malin plaisir à brouiller les cartes et ses personnages, leur histoire est plus complexe, bref, c’est un grand film.

  5. Merciii ce site est magnifique depuis le temps que je cherchais ce film (10 ans pour être plus précise lol ;P) je vous ajoutes dans mes favoris!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *