15 septembre 2022

Les Créatures (1966) de Agnès Varda

Les créaturesDans l’île de Noirmoutier, un écrivain s’est isolé avec son épouse dans un fortin pour écrire son nouveau roman. La femme a perdu l’usage de la parole après un accident. Des faits troublants se produisent dans le village. Plusieurs habitants semblent perdre le contrôle d’eux-mêmes…
Les Créatures est un film français écrit et réalisé par Agnès Varda. Le film paraît tout d’abord abscons et il faut attendre le dernier tiers pour mieux en comprendre le sens, une partie plus brillante avec « le jeu des créatures » qui explique le titre. Agnès Varda aborde plusieurs thèmes : la solitude de l’écrivain (1), l’inspiration et la confusion qu’elle crée, l’enchevêtrement de l’imaginaire dans le réel, le couple qui, même avec amour, peut n’être qu’une juxtaposition de solitudes, l’amour salvateur. Le menu est donc copieux mais, hélas, la forme nous coupe l’appétit. Les effets, qu’ils soient scénaristiques ou de montage, paraissent souvent maladroits et trop présents, la musique de Pierre Barbaud (l’inventeur de la musique algorithmique) dérange plus qu’elle ne crée une atmosphère, l’ensemble apparait pataud et abscons. Les Créatures est certes original, Agnès Varda explore des voies, mais il est préférable d’en avoir le mode d’emploi pour l’apprécier ! (Exceptionnellement, je mets ci-dessous en commentaire l’explication, du moins celle que je pense être).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Catherine Deneuve, Michel Piccoli, Eva Dahlbeck
Voir la fiche du film et la filmographie de Agnès Varda sur le site IMDB.

Voir les autres films de Agnès Varda chroniqués sur ce blog…
Voir les livres sur Agnès Varda

(1) Agnès Varda a écrit le scénario dans des conditions proches de ce qu’elle met en scène : courant 1965, avec Jacques Demy, ils se sont isolés dans un ancien moulin qu’ils avaient acheté sur l’île de Noirmoutier pour écrire chacun dans leur coin : dans une pièce, Jacques Demy écrivait Les Demoiselles de Rochefort pendant qu’Agnès Varda écrivait Les Créatures dans une autre.

Les créaturesCatherine Deneuve et Michel Piccoli dans Les Créatures de Agnès Varda.

Les créaturesLucien Bodard et Michel Piccoli dans Les Créatures de Agnès Varda.

Les créaturesLes Créatures de Agnès Varda.

Une réflexion sur « Les Créatures (1966) de Agnès Varda »

  1. Explication, du moins ce que je crois être l’explication :

    NE LISEZ PAS CE QUI SUIT si vous désirez voir le film tel que l’on devrait le voir… Si je la mets en commentaire, c’est parce que, personnellement, je pense que que j’aurais mieux apprécié le film si j’avais lu une telle explication *avant* de le voir.

    Le romancier (Michel Piccoli) utilise les habitants de l’île comme personnages pour son roman… y compris lui-même. Il « vit » son roman. Dans son roman, l’ancien ingénieur qui vit reclus en haut de son ancien sémaphore est un être maléfique qui a conçu une machine infernale pour contrôler les gens. Il prend le contrôle des personnes en glissant une grosse pièce ronde dans leur poche et utilise des gamines pour les y placer. Il peut alors visualiser les personnes sur son écran et a conçu une machine supplémentaire qui, à sa demande, libère leurs pulsions les plus mauvaises pendant une minute. A l’écran, les scènes sont alors teintes en rouge (hmmm, pas toujours !). L’ingénieur en a fait un jeu d’échecs et le romancier, qui a fini par le démasquer, vient l’affronter pour faire triompher l’amour et libérer les personnes de son emprise.

    Quant au personnage de la femme (Catherine Deneuve), il n’est là que pour renforcer l’isolement de l’écrivain (elle est très aimante mais elle est muette). Les scènes où elle apparaît sont à priori toutes réelles ; est-elle seulement dans le roman ? Oui, sans doute, puisque l’ingénieur de fiction en parle au romancier de fiction mais elle n’intervient pas ou alors très peu.

    A propos de Catherine Deneuve, il est amusant de penser que, pendant que Demy écrivait pour elle un rôle chantant et exubérant, Agnès Varda dans la pièce à côté écrivait un rôle où elle était muette et effacée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.