28 juin 2013

Le Convoi des braves (1950) de John Ford

Titre original : « Wagon Master »

Le convoi des bravesDeux jeunes cowboys acceptent de conduire un convoi de Mormons désireux d’aller s’établir au bord de la San Juan River en Utah… Wagon Master ne fait pas partie des westerns les plus connus de John Ford mais il ne manque pas de qualités. Sans acteur connu, c’est un western d’une grande simplicité (et chez John Ford, simplicité rime souvent avec perfection). On y retrouve certains des thèmes de prédilection du cinéaste : l’héroïsme ordinaire, la loyauté, le courage et la force d’un groupe qui tend vers un but commun, une terre promise. Ce groupe est constitué de petits groupes distincts, parfois très opposés : les Mormons doivent ainsi accepter de faire route avec un groupe de hors-la-loi recherchés. John Ford s’attaque aux préjugés de tous ordres : si les Mormons sont rejetés par la population de la ville où ils s’étaient arrêtés, ils sont eux-mêmes tout aussi prompts à rejeter un médecin alcoolique et deux femmes légères rencontrées en chemin. En outre, les indiens Navajos sont présentés ici de façon très avantageuse : pacifiques et sociables. Le message de Ford est ici très humaniste : au delà des différences, l’homme est capable de grandes choses, surtout dans un groupe mû par une aspiration commune. La photographie est superbe, une fois de plus Monument Valley est superbement utilisé par John Ford. Très belle musique avec plusieurs chansons des Sons of the Pioneers. Wagon Master est resté longtemps inédit en France où il n’est sorti qu’en 1964.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Ben Johnson, Joanne Dru, Harry Carey Jr., Ward Bond, Alan Mowbray, Jane Darwell
Voir la fiche du film et la filmographie de John Ford sur le site IMDB.

Voir les autres films de John Ford chroniqués sur ce blog…

Une réflexion sur « Le Convoi des braves (1950) de John Ford »

  1. Vous avez tout dit. Que dire de plus ? Que les Indiens sont joués par de vrais autochtones et parlent leur langue et non l’anglais ? Que Harry Carey Jr. était locuteur de la langue navajo comme il le montre ici ? Que le médecin alcoolique a un superbe accent anglais très oxfordien et saura faire preuve de courage et de dignité ? Que Joan Dru est superbe ? Que la famille Clegg évoque fort la famille Clanton de My Darling Clementine ? Qu’il est toujours aussi agréable de retrouver la bonne trogne de brave type de Ben Johnson ainsi que celle de Hank Worden ? Que « Wagon Master » symbolise à lui seul l’expression la plus simple et la plus complète du grand thème de Ford : l’émergence d’une communauté ? Que du bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.