21 août 2011

Shutter Island (2010) de Martin Scorsese

Shutter IslandEn 1954, un officier de police fédéral arrive sur l’île de Shutter Island proche de Boston, un asile psychiatrique pénitencier où sont enfermés de dangereux criminels. Il doit enquêter sur une évasion bien mystérieuse… Shutter Island est adapté d’un best-seller de Dennis Lehane sur les traitements psychiatriques opérés sur les criminels dans les années cinquante et sur la paranoïa. L’intrigue est particulièrement bien mise en place, réservant des surprises de taille. Nous sommes constamment déstabilisés, d’abord par certaines images, par le parallèle avec les expériences humaines menées par les nazis, puis par le renversement de nos certitudes. Nous avons l’impression de perdre pied face au labyrinthe mental qui se dévoile peu à peu. La tension est permanente, amplifiée par les images parfaitement maitrisées de Scorsese. Le réalisateur emploie une fois de plus son acteur fétiche, DiCaprio, qui fait ici une très belle prestation, riche et complexe. Shutter Island est un film puissant, assez angoissant mais terriblement prenant.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Leonardo DiCaprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley, Michelle Williams, Emily Mortimer, Patricia Clarkson, Max von Sydow
Voir la fiche du film et la filmographie de Martin Scorsese sur le site IMDB.

Voir les autres films de Martin Scorsese chroniqués sur ce blog…

6 réflexions sur « Shutter Island (2010) de Martin Scorsese »

  1. Très beau film, tous les plans sont à la fois millimétrés et évidents (la nausée provoquée par la scène d’ouverture est à elle seule un chef d’oeuvre). On trouve des références à Shining (labyrinthe, enfermement, et traveling en hélico au début). Et le revisionnage du film est particulièrement jouissif en le faisant « en négatif », en regardant tout ce qui se passe autour de Di Caprio, les regards et comportements des autres protagonistes (comme quand on revoit Fight Club).Pour moi, le meilleur Scorsese depuis Casino.

  2. Assez d’accord avec vous, « Lui ». J’ajouterai un gros travail sur la musique (et le son, si je me souviens bien), qui contribue largement à l’ambiance.

    D’habitude, j’ai un peu de mal avec Scorsese, mais pas là. Et Di Caprio prouve une fois de plus qu’il est autre chose qu’un minet, je trouve.

    Bonne journée à vous deux 🙂

  3. Ramassés de clichés (oh les méchants zommes en blouse blanche, ouh la la….le complot fascisto-nazi chez nous peuple ricain, suis-je fou ou est-ce la réalité …et René vient nous aider!, mais c’est ki ka fait le ku? fais attention tu vas tomber!)
    ..Acteurs ridicules de pathos (Ruffalo)
    Enfin c’est de la branlette holywoodienne qui essaie de péter plus haut que son cul. Et apparemment la branlette, les p’tits françois ils aiment ça!

    Allez, je me regarde un Bergmann. Ciao branleurs

  4. Du cinéma comme on l’aime, divertissant mais pas abrutissant. Di Caprio y trouve un grand rôle et prouve qu’il est bien plus que le jeune premier de Titanic : un des meilleurs acteurs de sa génération. D’ailleurs l’air de rien il commence à avoir une filmographie sympa, à même pas 40 ans. Et l’année 2012 pourrait bien être une autre année faste pour lui…

  5. Pas un film facile, certes, mais il mérite, le cas échéant, qu’on s’y accroche, tellement la mise en scène est précise et fine et complexe de renvois et réminiscences, faite de représentations et d’hallucinations. D’accord pour trouver qu’il s’agit d’un des meilleurs Scorcese.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *