5 mai 2010

Ratatouille (2007) de Brad Bird et Jan Pinkava

RatatouilleLui :
L’idée de départ de faire d’un rat un grand chef cuisinier est assez gonflée mais permet de créer une multitude de situations amusantes. Ratatouille écarte joliment les antinomies pour faire une ode à la créativité et à la french cuisine. On peut bien entendu reprocher certaines recettes toutes faites (!) et clichés mais l’ensemble est réussi, bien dosé et sans aucune lourdeur. Le Paris qui est recréé devant nos yeux est assez beau, bien chargé de cette ambiance empreinte d’une certaine magie. L’humour est assez constant, sans jamais montrer de faiblesse. On pourra noter que les références générationnelles, traditionnellement très nombreuses dans ce genre de film, sont ici plus réduites. Ratatouille permet aussi de mesurer les avancées techniques puisque la production mentionne le chiffre ébouriffant de 30 000 poils pour chaque rat et la scène dans la rivière souterraine est assez étonnante (il faut savoir que la fourrure et l’eau font partie des choses les plus complexes à modéliser sur ordinateur). Mais Ratatouille n’est pas qu’une prouesse logicielle car la base reste de l’animation dans la meilleure tradition qui soit (un logo en fin de générique précise de façon amusante que le film est garanti 100% sans motion-capture). Formant un bel ensemble, Ratatouille est un petit délice d’humour, un joli divertissement.
Note : 4 étoiles

Acteurs: (voix) Patton Oswalt, Ian Holm, Lou Romano, Peter O’Toole
Voir la fiche du film et la filmographie de Brad Bird et Jan Pinkava sur le site IMDB.

4 commentaires sur « Ratatouille (2007) de Brad Bird et Jan Pinkava »

  1. Je crois bien que c’est l’un de mes Pixar préférées, avec Némo et Monstres et Cie, sans doute. Je trouve que c’est un superbe hommage américain au patrimoine français, ce que je trouve d’une certaine façon assez réconfortant.

    Il y a des moments de pur délire (la vieille avec son tromblon !) et le plus beau dans tout ça, c’est qu’on y croit. Pixar a vraiment le chic pour faire d’animaux des héros presque humains, sans que ce soit choquant, je trouve. Ils éliminent la distance.

    Face à ça, un seul mot: vivement le prochain !

  2. Pour le prochain, je ne sais quelle petite bêêête va être l’heureux élu…
    Là je les soupçonne d’avoir choisi un rat en partie à cause des poils. Animer tous ces poils étaient il n’y a pas si longtemps totalement inconcevable.
    Bon, mais c’est très réussi effectivement, il y a beaucoup de bonnes idées

  3. Vraiment un excellent petit film, qui donne certes une image un peu flatteuse de Paris (comme dans Amélie Poulain), mais qui est une ode à la bonne cuisine, le tout fait avec beaucoup d’intelligence. Utiliser un rat comme personnage principal est courageux, fallait oser ! Une bell réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *