15 février 2007

American Beauty (1999) de Sam Mendes

American BeautyElle :
Sam Mendes nous livre une satire acerbe de la société bourgeoise américaine avec ses névroses et fantasmes. Les personnages sont très typés et un peu trop caricaturaux si bien qu’au bout de deux heures, on est pressé d’en finir. Entre l’épouse hystérique, le mari frustré de sexe, la fille rebelle, le voisin nazi et son fils trafiquant de drogue, c’est un peu trop pour un seul endroit. Cependant, il faut reconnaître à l’auteur l’originalité d’aborder des sujets tabous dans le conformisme ambiant.
Note : 3 étoiles

Lui :
Donner 5 oscars à ce film est certainement un peu exagéré mais il est vrai que ce film a beaucoup plu. Il est souvent présenté comme une critique de la société américaine mais il me semble plutôt traiter de la non-communication : personne ne communique au sein des deux familles observées, ou communique mal (les deux copines), et tout ce petit monde est bien entendu malheureux comme la pierre… Un scénario somme toute assez banal (et un peu exagéré), mais les dialogues sont enlevés et même savoureux ; et surtout Kevin Spacey est vraiment merveilleux dans le rôle principal, sorte de phoenix qui renaît de ses cendres. Très américain…
Note : 3 étoiles

Acteurs: Kevin Spacey, Annette Bening, Thora Birch, Wes Bentley, Mena Suvari
Voir la fiche du film et la filmographie de Sam Mendes sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Sam Mendes chroniqués sur ce blog…

4 commentaires sur « American Beauty (1999) de Sam Mendes »

  1. J’étais complétement passé à coté de ce film…indifférence totale, pas touchj par cette critique de la société US , couple caricatural…sur la femme…le voyeur , le voisin militaire…tout me semblait too much…Annette Bening mauvaise, vraiment dérangeante…pas compris que ce film soit culte pour certains…

  2. J’ai eu beau relire ce que nous avons écrit sur ce film, je ne vois pas ce qui a pu provoquer une telle manifestation d’aggressivité…
    😎

  3. Comment peut-on juger American Beauty un peu trop caricatural et dans le même temps admirer Les Temps Modernes? Ces deux films n’ont bien sûr rien à voir l’un avec l’autre, si ce n’est peut-être une critique de la société américaine traitée magistralement par le biais de la caricature.
    Mais réduire AB à une simple caricature tient de la … caricature. Il y a plusieurs niveaux de lecture traités avec audace et une grande nouveauté dans ce film: la crise de la quarantaine, le mal-être des quadra face à la dictature du jeunisme, le mal-être de la jeunesse adolescente face aux schémas carriéristes et consuméristes, la crise des valeurs de la classe moyenne, dont l’homosexualité refoulée du voisin ancien marine et père autoriaire d’un dealer-vidéaste-poête tient beaucoup plus de la métaphore que de la caricature. A lire votre critique, j’en ai appris beaucoup plus sur ses auteurs que sur le film qui est un chef d’oeuvre universel, et qui a été reconnu comme tel par ses pairs, dont on peut saluer au passage le courage ou la lucidité dans une industrie qui en manque souvent. Faites-vous plaisir: lisez quelques bonnes critiques (sur imdb.com p.ex.) et regardez ce film, il en vaut vraiment la peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *