9 novembre 2004

Gervaise (1956) de René Clément

GervaiseElle :
Cette adaptation très réaliste de l’Assommoir de Zola est centrée avant tout sur le personnage de la pauvre Gervaise qui doit subir les frasques de son mari Coupeau et amant Lantier. René Clément met en avant la noirceur des conditions de vie des classes populaires. Le manque d’éducation et de nourriture, les dures conditions de travail, l’alcoolisme, le chômage conditionnent ces gens qui ne parviennent pas à sortir de leurs souffrances. Un malheur en entraîne un autre. Cette fatalité donne une vision très noire d’une vie sans issue. Malgré certains passages un peu confus, on s’attache au personnage lumineux de Gervaise qui se débat pour rien.
Note : 3 étoiles

Lui :
GervaiseAdaptation assez fidèle du roman de Zola, ce film nous plonge dans un réalisme assez poussé, retraçant la destinée assez tragique de cette femme. Le film est un peu brouillon dans son montage, ce qui entraîne parfois une certaine confusion mais il se dégage néanmoins une force des personnages qui donnent toute sa dimension au film.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Maria Schell, François Périer
Voir la fiche complète du film et la filmographie de René Clément

Voir les autres films de René Clément chroniqués sur ce blog…

6 commentaires sur « Gervaise (1956) de René Clément »

  1. Le 26 décmbre 2006
    J’avais 20 ans, je n’ai pas revu ce film depuis, mais je me souviens de la force des séquences de ce film. la présence de Maria Schell, son jeu persuasif qui nous faisait vivre son histoire. Les scènes de delirium tremens de François Perrier qui furent, depuis citées en exemple dans les facultés. Émile Zola, que je dévorais à l ‘époque, fut bien restitué là, tel que je l’avais imaginé à la lecture. Les difficultés de la vie d’une femme qui subit les horribles méfaits de l’alcool sur la vie de son ménage étaient si bien représentés que je les ressens encore.

  2. Peu de films de René Clément chroniqués ici… puis-je vous recommander Les Félins (musique de Lalo Shiffrin !) et Plein Soleil ?

  3. Oui, vous avez raison : deux très beaux films. Delon dans sa meilleure époque… 😉 Cela me donne envie de les revoir.

  4. Delon qui ne singeait pas Delon !

    Quant à ma remarque sur les films de Clément : vous venez d’enrichir avec Mr Ripois ! ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *