18 août 2020

Tout ce qu’il me reste de la révolution (2018) de Judith Davis

Tout ce qu'il me reste de la révolutionAngèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est… Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale. Elle vient d’une famille de militants, mais sa mère a abandonné du jour au lendemain son combat politique, pour déménager, seule, à la campagne et sa sœur a choisi le monde de l’entreprise. Seul son père, ancien maoïste chez qui elle retourne vivre, est resté fidèle à ses idéaux. En colère, déterminée, Angèle s’applique autant à essayer de changer le monde qu’à fuir les rencontres amoureuses…
Tout ce qu’il me reste de la révolution est la première réalisation de Judith Davis. C’est une extension au spectacle qu’elle a créé avec sa troupe, L’Avantage du doute, en 2008 : « le film n’est pas une adaptation du spectacle, mais il en prolonge l’esprit ». Les acteurs sont les membres de sa troupe et la réalisatrice tient le rôle principal, un personnage qui, selon ses propres mots, très proche d’elle-même. Certes, il s’agit d’une comédie mais les personnages paraissent typés à l’extrême, à commencer par le personnage principal, toujours en colère contre tout, vindicative, brusque. Tout paraît excessif. Les scènes les plus amusantes et les plus intéressantes sont celles du petit « groupe de parole », témoins de la difficulté à se trouver des idéaux.
Elle: 3 étoiles
Lui : 2 étoiles

Acteurs: Judith Davis, Malik Zidi, Claire Dumas
Voir la fiche du film et la filmographie de Judith Davis sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Tout ce qu'il me reste de la révolutionClaire Dumas, Pat Belland et Judith Davis dans Tout ce qu’il me reste de la révolution de Judith Davis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *