4 mai 2020

Le Crime de l’Orient-Express (2017) de Kenneth Branagh

Titre original : « Murder on the Orient Express »

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Le célèbre détective belge Hercule Poirot prend l’Orient-Express pour rentrer d’Istanbul à Londres. Mais alors que le train se retrouve bloqué par la neige dans les montagnes yougoslaves, Samuel Ratchett, un riche Américain, est assassiné dans son compartiment. Poirot se met à enquêter pour découvrir le meurtrier parmi les passagers…
Quarante-trois ans après la version de Sydney Lumet, l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie, Le Crime de l’Orient-Express, est de nouveau porté à l’écran. Kenneth Branagh réalise et interprète le détective belge avec brio. Il parle anglais avec un accent belge remarquable, noeud de cravate et moustache sont irréprochables (1). Il trouve en outre toujours le ton juste, évitant tout excès tout en restant très pittoresque. La reconstitution du train est assez magnifique et particulièrement soignée. Le déroulement de l’enquête est un peu moins détaillé que dans la version précédente, privilégiant le rythme qui est enlevé. La distribution est prestigieuse. Indéniablement, cette version donne une vision plus moderne de cette énigme, qui reste toujours aussi passionnante (même lorsque l’on connaît d’avance le dénouement).
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Kenneth Branagh, Penelope Cruz, Johnny Depp, Willem Dafoe, Judi Dench, Michelle Pfeiffer, Daisy Ridley, Derek Jacobi
Voir la fiche du film et la filmographie de Kenneth Branagh sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Kenneth Branagh chroniqués sur ce blog…

Remarques :
* Le Crime de l’Orient-Express a été tourné en 65 mm, format rare qui offre une haute netteté et un rendu des couleurs plus proche de la vision humaine.
* Précédente version :
Le crime de l’Orient-Express (1974) de Sidney Lumet avec Albert Finney.

(1) Agatha Christie avait déclaré être déçue de la moustache d’Albert Finney dans la version de Sydney Lumet : elle n’était pas aussi superbe qu’elle avait imaginé.

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Kenneth Branagh dans Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient Express) de Kenneth Branagh.

Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)Kenneth Branagh dans Le Crime de l’Orient-Express (Murder on the Orient Express) de Kenneth Branagh.

5 réflexions sur « Le Crime de l’Orient-Express (2017) de Kenneth Branagh »

  1. J’aime beaucoup Kenneth Branagh, ou du moins j’ai adoré ses débuts au cinéma. Je considère la plupart de ses premiers films (en tant que réalisateur) comme des chefs-d’œuvre (en particulier Henry V, Peter’s Friends et Beaucoup de bruit pour rien), et je le trouve remarquable dans ces films en tant qu’acteur (même s’il cabotine déjà un peu dans Peter’s Friends, mais il s’y est donné un rôle secondaire).
    Mais…
    Je reconnais aussi qu’il a une certaine tendance au cabotinage. Il faut être honnête. Une tendance certaine, même.

    Et donc, je ne suis pas surpris qu’il soit excellent dans le rôle d’Hercule Poirot !

    Ce personnage récurrent des romans d’Agatha Christie est un indiscutable cabotin, et il est même souvent présenté par la romancière comme ayant une très haute idée de lui-même. Excentrique, maniaque (ultra-maniaque !), mais cabotin et prétentieux.

    Les précédentes incarnations d’Hercule Poirot au cinéma en faisait plutôt quelqu’un de débonnaire, excentrique mais débonnaire. J’imagine au contraire très bien tout ce que Kenneth Branagh peut développer avec un tel personnage ! Autrement dit, non seulement votre critique donne envie de voir ce film (dont je n’avais étrangement pas entendu parler), mais en outre je trépigne à l’idée de voir Branagh incarner le détective belge.

  2. Quand j’ai vu Albert Finney dans la version de Lumet, je me suis demandé si le realisateur était myope ou plutôt avait le daltonisme. Le rôle ne lui allait pas. Finney souffrait à représenter le personnage et ça se voit. A comparer avec David Suchet et Peter Ustinov, Finney est une caricature en Poirot. Ça me fait mal de dire ça de lui alors que je l’ai admiré ailleurs. Mais bon, le film est surtout sauvé par les autres acteurs (Connery, Widmark, Bergman, Perkins…).
    Kenneth Branagh en Poirot: Bellissima!!! Wonderful!!! Ce gars là est génial!!! Reussir a la fois à être devant et derriere la camera est une prouesse qu’il execute avec brio. Le gars mérite mille fois à moj sens d’avoir un oscar pour la realisation et un oscar pour l’interpretation. Toute la distribution d’ailleurs est géniale et Branagh prend même la liberté d’ajouter un personnage supplémentaire à l’intrigue. Superbe idée!!!

  3. Mon avis est plus mesuré, je trouve que ce film a de bons aspects mais n’est pas dénué de reproches. Tout d’abord, j’ai trouvé l’interprétation de Poirot convaincante (et je l’ai préféré à Finney), mais Brannagh pêche par orgueil, je trouve. Il a réuni un casting excellent, pour finalement le gâcher un peu en se mettant en scène avant tout lui, lui, lui et encore lui. Le seul membre du casting à qui il fait vraiment honneur est Johnny Depp, la scène de la discussion entre son personnage et Poirot est mémorable.
    Ensuite, je trouve que si l’accent est réussi, l’incursion de français dans son parler, en revanche, ne marche pas, n’est pas crédible pour un francophone. En particulier, je me souviens dans le début du film quand il prononce des « oeufs » « eufffsss ».
    Sur les autres points positifs, je vous rejoins.

    Note : il est faux de dire que le personnage de Penelope Cruz n’existe pas dans le roman. Ce personnage correspond à celui de Greta Ohlsson, missionaire suédoise du roman, interprétée par Ingrid Bergman dans le film de 74, ici renommée Pilar Estravados, missionnaire espagnole. Ce n’est pas plus nouveau que Foscarelli transformé en Biniamino Marquez, ni que le colonel Arbuthnot qui devient le docteur Arbuthnot (ce qui permet au passage de supprimer le personnage du docteur Constantine en fusionnant les deux rôles) et qui devient noir (plusieurs réflexions sur le racisme, complètement absentes du roman, ont été ajoutées avec Marquez et Arbuthnot, et ça fonctionne ma foi bien).
    Donc, non, pas de personnage ajouté, et même en fait un personnage supprimé (Constantine).

  4. (par rapport au deuxième point de mon post précédent, je me rends compte que vous parlez sans doute de la VF alors que je parle de la VO. C’est évidemment en VO qu’il parle de « eufffsss ». Peut-être que dans ce cas précis, pour une fois, la VF améliore les choses…)

  5. Non, je ne regarde jamais les films en VF. 😉
    Autant que je me souvienne, les phrases que Kenneth Branagh prononce en français dans le film sont vraiment très peu nombreuses et sa prononciation en français ne m’a pas vraiment choqué : je ne m’attendais pas à ce qu’il puisse passer pour un francophone… après tout, nous sommes habitués à cela à chaque fois qu’un acteur anglophone parle français.

    Sinon, j’ai supprimé ma remarque sur le personnage interprété par Penelope Cruz. Vous avez raison, merci de m’avoir signalé cette erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *