24 juin 2016

Les Gardiens de la galaxie (2014) de James Gunn

Titre original : « Guardians of the Galaxy »

Les gardiens de la galaxiePour avoir réussi à dénicher un mystérieux globe sur une planète abandonnée, l’aventurier Peter Quill alias Star-Lord se retrouve pourchassé par le puissant Ronan, dont les désirs de destruction menacent l’univers tout entier. Quill parvient à s’allier avec quatre aliens disparates : la belle et énigmatique Gamora, Rocket, un raton laveur malin et fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre et Drax le Destructeur qui ne rêve que de vengeance… Les Gardiens de la galaxie est adapté du Marvel Comics du même nom. Pour une fois, ce n’est pas un super-héros qui est au centre de l’histoire mais une petite équipe de personnages aussi loufoques qu’improbables. Le raton laveur est particulièrement réussi avec son humour permanent et une voix qui imite Joe Pesci dans Les Affranchis (sans les gros mots, bien entendu). L’histoire en elle-même est assez simple mais riche en rebondissements. L’ensemble est enlevé, d’un rythme si soutenu que beaucoup de personnages secondaires sont assez peu exploités, ce qui laisse avec une vague impression de scénario un peu bâclé. Production Walt Disney, Les Gardiens de la galaxie est un film très divertissant, qui exhale la bonne humeur.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Bradley Cooper, Lee Pace, Michael Rooker, Glenn Close, Benicio Del Toro
Voir la fiche du film et la filmographie de James Gunn sur le site IMDB.

Voir les livres sur les Gardiens de la galaxie

Remarques :
* Caméo : Stan Lee, créateur des super-héros de Marvel Comics, fait son traditionnel caméo en la personne d’un homme qui parle à une jeune femme bien plus jeune, il est remarqué par Rocket se moque de lui en demandant où est sa femme.
* La suite est prévue pour 2017.

Les Gardiens de la galaxie
L’équipe de choc des Gardiens de la galaxie de James Gunn : Zoe Saldana, raton de synthèse (voix = Bradley Cooper), Chris Pratt, arbre de synthèse (voix = Vin Diesel) et Dave Bautista.

Une réflexion sur « Les Gardiens de la galaxie (2014) de James Gunn »

  1. Comme vous le dites, « l’ensemble est enlevé », très réjouissant. C’est un film d’action, sans aucun doute, mais aussi une pure comédie truculente, sans aucun doute non plus.

    Je pense qu’une petite partie de ce qui peut être frustrant à la première vision (certains personnages censés être redoutables mais dont cette dimension n’est qu’entraperçue, comme Thanos) vient du fait que nombre de ces personnages « secondaires » (dans l’intrigue de ce film) sont censés être connus des lecteurs de l’univers Marvel, ce qui n’est pas plus mon cas que le vôtre. En fait, après l’avoir vu une deuxième fois, ça ne me dérangeait plus, peu importe. Ce qui compte est la personnalité haute en couleur des 5 « Gardiens de la Galaxie » et la naissance progressive de leur complicité et de leur amitié vache, pleine de coups bas et de réparties cinglantes.

    Oui, j’ai trouvé ce film particulièrement réjouissant, en partie parce que le rythme est enlevé, mais aussi voire surtout parce que les personnages sont relevés, quasiment tous des « anti-héros » héroïques, et parce que leurs relations sont piquantes, avec des répliques dignes des meilleurs dialoguistes d’humour. Ils ont tous des côtés insupportables ou ridicules, et n’hésitent pas à se le balancer mutuellement à la figure pour notre plus grand bonheur.

    ————

    Je vous invite vraiment à voir la suite, le « volume II ». D’abord parce que les répliques et relations sont toujours aussi réjouissantes. Ensuite parce que le deuxième film arrive à placer de l’émotion (vraiment !) là où on ne l’attend pas, et c’est un tour de force dans un film d’action aussi rythmé, léger, ironique et vachard. Enfin parce que les scénaristes semblent avoir lu votre critique du « volume I » et chercher à vous satisfaire : plusieurs personnages ébauchés dans le premier film sont approfondis dans le deuxième.

    [Je viens de me revoir le « volume II », dont je ne dirai rien de plus puisqu’il s’agit ici d’un article sur le « volume I », et j’y ai pris autant de plaisir que la première fois.]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *