19 juin 2013

Source Code (2011) de Duncan Jones

Source CodeColter Stevens se réveille en sursaut dans un train. Il ne sait pas comment il est arrivé là, il est pilote d’hélicoptère et son dernier souvenir est d’avoir été pris sous le feu ennemi en Afghanistan. En face de lui, une jeune femme lui parle comme si elle le connaissait en l’appelant par un prénom qui n’est pas le sien. Quelques minutes plus tard, une bombe explose dans le train et il se retrouve dans un étrange caisson… Ecrit par Ben Ripley, Source Code est une variation originale sur le thème du voyage dans le temps. Bien construit et précis dans son déroulement, le film est prenant et même haletant. Si Duncan Jones adopte un style très hollywoodien, il n’abuse pas des effets spéciaux et son film ne montre aucune lourdeur si ce n’est dans le derniers tiers où il redevient très classique avec une intrigue sentimentale au premier plan. Malgré tout, Source Code est un film original et inventif.
Elle:
Lui : 4 étoiles

Acteurs: Jake Gyllenhaal, Michelle Monaghan, Vera Farmiga, Jeffrey Wright
Voir la fiche du film et la filmographie de Duncan Jones sur le site IMDB.

Voir les autres films de Duncan Jones chroniqués sur ce blog…

Remarque :
L’homme qui doit faire rire tout le wagon à la fin du film est interprété par Russell Peters, humoriste canadien connu, spécialiste du stand-up.

2 commentaires sur « Source Code (2011) de Duncan Jones »

  1. D’accord, c’est un film efficace mais qui m’a laissé sur une impression mitigée : l’ensemble n’est pas crédible un seul instant et la forme est très hollywoodienne et presque aseptisée !!

  2. A propos de la crédibilité : à mon humble avis, je ne suis pas certain que la littérature et les films de science-fiction aient besoin d’être crédibles. Il s’agit plutôt d’une exploration : « Que se passerait-il si… ? » La science-fiction est une façon de s’affranchir des contraintes imposées par le réalisme. Elle peut s’appuyer sur certains éléments réels mais normalement elle va plus loin que le domaine connu et balisé… sinon ce n’est plus de la science-fiction.
    Et en matière d’histoires de voyages dans le temps, l’absence de crédibilité me paraît inévitable… pour l’instant du moins ! 😉

    Sur la forme hollywoodienne et proprette, je suis assez d’accord avec vous (c’est particulièrement net dans le dernier tiers du film).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *