10 mars 2011

Le diable au corps (1947) de Claude Autant-Lara

Le diable au corpsLui :
Retraçant les amours d’un collégien avec une jeune fille mariée à un soldat parti au front, le roman autobiographique du très jeune Raymond Radiguet avait fait scandale dès sa sortie en 1923, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Claude Autant-Lara l’adapte au cinéma au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et le film choqua tout aussi profondément (1). Le cinéaste a rapporté que c’est le pacifisme du livre qui l’avait poussé à faire cette adaptation ; cet aspect est étonnamment assez absent du film final. Le diable au corps reste une belle ode à l’amour, celui qui est au dessus des guerres, des conventions sociales, de la raison. Gérard Philipe, ici dans son premier très grand rôle au cinéma, est parfait pour le rôle, fougueux et spontané. Micheline Presle apporte beaucoup de fraîcheur. On peut regretter la construction en flashback, qui n’apporte qu’une lourdeur inutile, et la platitude de certains dialogues qui peinent souvent à émouvoir. Pourtant certaines scènes sont très fortes comme celle, trop courte hélas, de leur second passage au restaurant parisien (Le Grand Véfour) ou très belles comme celle, également trop courte, de la promenade en barque. La mauvaise qualité (visuelle et surtout sonore) de la copie visionnée empêche quelque peu d’apprécier la qualité de la réalisation d’Autant-Lara.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Micheline Presle, Gérard Philipe, Denise Grey, Jean Debucourt
Voir la fiche du film et la filmographie de Claude Autant-Lara sur le site IMDB.
Voir les autres films de Claude Autant-Lara chroniqués sur ce blog…

(1) L’historien Georges Sadoul rapporte que, lors de sortie à Bordeaux, la presse locale écrivit : « Cette production ajoute le cynisme le plus révoltant à l’exaltation de l’adultère, en ridiculisant la famille, la Croix-Rouge et même l’armée. Devant le flot de boue qui monte, au nom du public, nous demandons que ce film ignoble soit retiré des écrans. » A Paris, de nombreux critiques jugèrent le sujet « répugnant ».

Remarques :
Raymond Radiguet est mort à l’âge de 20 ans en 1923 (de la fièvre typhoïde). Il a écrit deux romans : Le diable au corps et Le Bal du comte d’Orgel (qui a été adapté au cinéma par Marc Allégret en 1970).

Autres adaptations du roman :
Le diable au corps (Diavolo in corpo) de Marco Bellocchio (1986) avec Maruschka Detmers
Devil in the Flesh de l’australien Scott Murray (1989)
… toutes deux plus « racoleuses ».

Une réflexion sur « Le diable au corps (1947) de Claude Autant-Lara »

  1. François a rendez vous avec Marthe sur le Ponton. Mais Marthe a passé la dernière nuit avec Jacques son fiancé et François a observé la fenêtre du couple.
    François prend un révolver pour tuer Marthe parce qu’elle l’a trompé. En fait c’est plutôt Marthe qui trompe son fiancé en ayant François pour amant…Il s’apprête donc a commettre l’irréparable,mais son père le raisonne et va avec lui au rendez-vous sur le ponton , mais ils observent le ponton d’un pont et voient Marthe au rendez-vous. François aurait dû oublier sa rancœur et rejoindre son amour sans attendre, mais il hésite et finit par y renoncer malgré les conseils de son père. Il vient de commettre l’irréparable ou presque. Certes , c’est moins grave que ce qu’il avait l’intention de faire , mais suite à ce rendez-vous manqué Marthe va se marier avec Jacques. Ce qui n’empêchera pas les amants de se revoir en se mentant puis en avouant être venus au Ponton , mais ce rendez-vous manqué au Ponton leur laissera un goût amer . Si François revit cette scène , il doit se dire après coup qu’il avait tout le temps de rejoindre Marthe , comme il a eu le temps de renoncer a son funeste projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *