14 juin 2010

20 000 lieues sous les mers (1954) de Richard Fleischer

Titre original : « 20,000 leagues under the sea »

20 000 lieues sous les mersLui :
Cette adaptation du roman de Jules Verne produite par Walt Disney est très fidèle, tout au plus les caractères de certains personnages ont-ils été accentués pour mieux plaire au public américain (1) et un animal apprivoisé introduit (une otarie) pour plaire aux enfants. Mais l’esprit reste celui de Jules Verne avec ce mélange d’attirance et de mise en garde vis-à-vis de la technologie. Il est remarquable que le film conserve toute la capacité d’émerveillement du roman car, si les sous-marins n’existaient pas encore lorsque Jules Verne l’a écrit en 1869, ils étaient bien entendu connus de tous en 1954. Le spectacle est servi par le Technicolor et le Cinémascope qui n’en était alors qu’à ses débuts. Les grandes scènes spectaculaires, comme l’attaque du calmar géant, sont admirables et l’intérieur du Nautilus est somptueusement décoré, avec un mélange de modernisme et de style victorien. Alors qu’il n’avait tourné auparavant que des petites productions, Richard Fleisher montre beaucoup de maîtrise dans la réalisation de cette super-production et le déroulement du scénario montre un rythme parfait. Côté acteurs, James Mason semble vraiment fait pour le rôle du Capitaine Nemo. 20 000 lieues sous les mers est la meilleure adaptation d’un roman de Jules Verne au cinéma, c’est aussi l’un des tous meilleurs films sortis des Studios Disney (2). Insensible au temps, le film conserve aujourd’hui tout son impact.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Kirk Douglas, James Mason, Paul Lukas, Peter Lorre
Voir la fiche du film et la filmographie de Richard Fleischer sur le site IMDB.
Voir les autres films de Richard Fleischer chroniqués sur ce blog…

20.000 lieues sous les mers(1) Le personnage de Ned Land, interprété par Kirk Douglas, a été un peu poussé pour que le public américain s’identifie pleinement à lui. De son côté, le ténébreux Capitaine Nemo (James Mason) est plus sympathique, au détriment du Professeur Aronnax qui est plus effacé.
(2) A noter également que 20 000 lieues sous les mers est le premier film Walt Disney avec des acteurs très connus (Kirk Douglas et James Mason étaient de grandes stars en 1954). C’est aussi la première incursion de Walt Disney dans le domaine de la science-fiction.

Autres adaptations :
20000 lieues sous les mers de Georges Méliès (1907) film de 18 minutes
20,000 leagues under the sea de Stuart Paton (1916) film de 105 mn
+ plusieurs adaptations pour la télévision dont :
20 000 lieues sous les mers de l’australien Rod Hardy (1997) avec Michael Caine en Capitaine Nemo.
Les Studios Walt Disney préparent une nouvelle version prévue pour 2011.

3 réflexions sur « 20 000 lieues sous les mers (1954) de Richard Fleischer »

  1. Deux petites rectifications, si vous le voulez bien. En premier lieu, le monstre marin n’est pas une pieuvre géante, mais bien un calmar géant. Ensuite, le nom de Jules Verne est bien mentionné au générique en même temps que le titre : « Jules Verne’s 20000 Leagues under the sea »…

  2. Merci pour ces précisions : vous avez tout à fait raison. Pour la pieuvre, j’aurais pu le remarquer… ayant appris à distinguer le calmar (10 tentacules) d’une pieuvre (8 tentacules) avec le film de Cecil B. DeMille « Les naufrageurs des mers du Sud » (« Reap the wild wind« ) qui est de 12 ans son aîné. 😉

    Si le nom de Jules Verne n’est pas listé au générique, il apparait effectivement en titre, ce qui est encore mieux. De toutes façons, je ne pense pas que Walt Disney ait cherché à dissimuler l’origine du scénario, ne serait-ce parce que le nom de Jules Verne était dans ce cas un indéniable atout commercial.

  3. Étonnant que deux acteurs de talents comme Kirk Douglas et James Mason aient accepté de jouer dans cette production de Walt Disney. A eux deux, ils ont de loin les meilleurs rôles, car comme vous le soulignez, les autres rôles sont plus faibles. Mason est épatant dans son rôle – un peu habituel il faut le dire – d’un personnage torturé et mystérieux (comme dans « Pandora ») ; Douglas en rajoute un peu dans le style physique, mais il faut bien reconnaître que ce film est une grande réussite. A noter que Charles Boyer avait été retenu pour le rôle du professeur, mais qu’il a du y renoncer. L’intérieur du Nautilus est magnifique. Il est à noter que la marine US a nommé son premier sous-marin nucléaire Nautilus, ce qui est un hommage fabuleux à Jules Verne. Dommage que la marine française n’ait pas fait de même..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *