2 juillet 2006

La grande course autour du monde (1965) de Blake Edwards

Titre original : « The great race »

The Great RaceElle : (pas vu)

Lui :
Excellent film comique de Blake Edwards, dont les péripéties continuelles évoquent plus le dessin animé que le cinéma. Jack Lemmon, en méchant professeur Fate, est vraiment déchaîné et fait un numéro de tout premier ordre, The Great Race à ourdir des pièges et à manigancer perpétuellement des mauvais tours. Il nous gratifie même d’un sacré numéro de grande folle, héritier du trône moldave, numéro qui fait penser à Billy Wilder. Plusieurs scènes sont vraiment mémorables, par exemple cette bataille de tartes à la crème qui est restée dans les annales… On rit beaucoup et franchement.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Jack Lemmon, Tony Curtis, Natalie Wood, Peter Falk
Voir la fiche du film et la filmographie de Blake Edwards sur le site IMDB.

Voir les autres films de Blake Edwards chroniqués sur ce blog…

8 commentaires sur « La grande course autour du monde (1965) de Blake Edwards »

  1. Tout le préambule de cette course autour du monde ne tourne qu’autour de parades désopilantes, exécutées merveilleusement par une caricature de mode, le grand Leslie, contrecarré par des tentatives de remises à niveaux sans cesse avortées d’un hargneux destiné aux glissades perpétuelles.

    Les deux camps sont un partenariat à la frontière d’une terre inconnue, celui qui réussit tout ne peut ressentir le désespoir continuel de l’échec du second et inversement.

    La perfection et son inverse s’affrontent sur un terrain mêlant réussites et échecs cuisants répétitifs, le professeur Fate adepte de la déroute à temps complet valorise ses prestations navrantes par de fantastiques casses gueules dignes du Guinness.

    Cette méchanceté bête et simpliste corrigeant elle-même les outrances de son propre disciple stimule la tolérance et la sympathie acquise envers cet incorrigible petit bonhomme en noir dont les coups lui sont éternellement retournés par un éternel vent contraire, ses malchances en chapelet attise une compassion morale en puissance.

    Fate est d’une bétise presque délicieuse sur le marché de la gloire où les stéréotypes font scintiller les dents des plus beaux au soleil.

    Le noir contre le blanc ceci sur des milliers de kilomètres par tous les temps, désastres et incompétences à perte de vues sous une pluie de gags avec en prime, une gigantesque bataille de tartes à la crème, hommage à deux autres adeptes de la gamelle perpétuelle, Laurel et Hardy.

    Ce film extrêmement drôle de bout en bout est presque Kantien, il définie comme grandeur négative l’échec se débarrassant d’une antinomie pesante pour devenir par une certaine équivalence exécutoire, l’égal mais inverse de la réussite. Fate le prouve le nez dans le crottin par cette phrase :

    « Voilà un exploit que le grand Leslie n’est pas près de réussir ».

    Le bon et le méchant sont enfin réunis par la complémentarité d’un seul verbe « séduire » chacun avec leurs armes respectives qui finalement ne sont qu’une seule lame.

  2. Je dois avoir un problème avec Blake Edwards, capable du meilleur (Victor/Victoria) comme du pire (la Party, au risque de me faire lyncher, mais j’ai l’habitude !), ou du mou (L’amour est une grande aventure). J’ai trouvé celui-ci plaisant, Lemmon et Curtis en grande forme, mais un peu trop léché, inégalement drôle (bon, d’accord, l’homérique bataille de tarte à la crème… :o), mais souffrant paradoxalement de sa longueur, qui atteint je crois 2h30, cruel contraste avec le mordant des dessins animés d’origine (« Les fous du volant ») qui ont bercé des années de jeunesse. Le film est probablement desservi par une vision sur petit écran, qui ne rend pas assez justice au travail de décor et de mise en scène.

  3. Aaah… Satanas et Diabolo… Toute une époque!
    Sinon, vous avez raison : dire que « La Party » est moins bon que « La grande course » à certaines personnes peut se révéler être un tantinet risqué, voire périlleux. ;-))

  4. Un film génial que je n’arrive pas à trouver en DVD ou à télécharger. Il me fait beaucoup penser aux fous volants dans leurs droles de machines. C’est digne des cartoons de tex avery. Je trouve que Peter Falk est desopilant dans le rôle du valet du Pr Fate.

  5. Idem, je n’arrive pas à trouver! Ni la grande course autour du monde, ni ces merveilleux fous volants avec leurs drôles de machines…
    Quelqu’un aurait un tuyau? Merci

  6. Pour répondre aux questions de jjacques et KROL…

    Le film « Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines » de Ken Annakin est sorti en DVD il y a de celà quelques années déjà , et est disponible sur les principaux sites de vente « on line » à un prix modique.
    Quant à « La grande course autour du Monde » , une édition récente vient de sortir dans la collection FNAC cinéma ( voir leur site de vente) mais UNIQUEMENT avec la version originale anglaise…
    Vous pouvez cependant commander le DVD zone 1 en import américain via Amazon par exemple ou le site play.com (en anglais) , qui lui , propose également la piste sonore en français avec le doublage d’époque, à condition d’y mettre le prix ,soit entre 20 et 30 euros…
    Bon film

  7. Important à ajouter : non seulement le DVD zone 1 contient la VF (ce que ne contient pas le DVD de la FNAC) mais il faut partie de ces DVD qui sont en fait toutes zones (erreur de protection ?…) et toute très bien sur un lecteur zone 2 (c’est à dire français). En outre, il se trouve assez facilement à bien moins que 20 euros (cherchez pas le titre original). Et bon délicieux film…

  8. Il faut lire « il tourne très bien sur un lecteur zone 2 » et non pas « toute très bien ». Désolé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *