21 décembre 2005

L’ Équipier (2004) de Philippe Lioret

L' Équipier Elle :
Chronique provinciale sur l’île d’Ouessant à propos de d’un secret de famille bien gardé. Une jeune femme repart sur les traces de sa famille et de ses origines au travers d’un livre écrit par un ami de son père. On remonte dans le temps pour comprendre comment se sont tissés les liens entre son père (Philippe Torreton), sa mère (Sandrine Bonnaire) et cet apprenti gardien de phare, étranger à l’île. Les scènes de mer et d’accès au phare de La Jument sont spectaculaires. En revanche, le film s’éternise trop longuement sur cette relation amoureuse qui met un temps fou à se mettre en place. On n’échappe pas aux clichés sur les pêcheurs, le bistrot, le rejet des étrangers à l’île. Le scénario manque un peu d’épaisseur et d’intérêt pour faire un bon film.
Note : 2 étoiles

Lui :
Le film est surtout intéressant sans sa première moitié car il nous permet de découvrir l’île d’Ouessant et la vie des gardiens de phare. L’histoire d’amour impossible est en revanche assez conventionnelle et l’intérêt finit donc hélas par s’émousser. Bonne interprétation de Philippe Torreton, même s’il est dans son style habituel. L’ensemble fait plus penser à un téléfilm qu’à un film.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Sandrine Bonnaire, Philippe Torreton, Grégori Derangère
Voir la fiche du film et la filmographie de Philippe Lioret sur le site IMDB.

Voir les autres films de Philippe Lioret chroniqués sur ce blog…

9 commentaires sur « L’ Équipier (2004) de Philippe Lioret »

  1. J’ai connu personnellement philippe, au collège Pierre brossolette au Perreux, nous rivalisions pour le premier prix de dessin, qq années ensuite nous sommes devenus plus proches, et la vie m’a séparée de lui. Je souhaiterais avoir de ses nouvelles, j’aimerai avoir son mail. Merci

  2. De l’émotion, du suspens, de l’amour, des sentiments, des douleurs en toile de fond, la vie, quoi. Comme toujours un grand moment de bonheur. Merci Philippe

  3. qui a parlé de téléfilm!!!!!!!!!
    trop simple pour certains, juste une vie d’honneur pour les gens de Ouessant.

  4. Désolé, je ne comprends pas le sens de votre remarque :
    J’ai effectivement parlé de téléfilm (impression due au type de réalisation, ceci dit, cela n’a rien à voir avec le sujet) mais nous précisons justement que la partie qui nous le plus intéressé était celle qui décrivait la vie des gardiens de phare. C’est l’histoire d’amour plaquée par dessus tout cela qui est un peu trop conventionnelle.

  5. Un merveilleux film que je regarde à chaque passage ; les prestations de P. Torreton, S. Bonnaire (mon actrice préférée) et G. Dérangère sont exceptionnelles et quel charme a ce dernier !!
    Juste une question : est-ce Antoine « l’équipier » qui envoie le manuscrit à Camille ?
    Merci pour vos réponse

  6. Un dernier commentaire par rapport au message demandant si un livre a été tiré du téléfilm : « il y a quelques années, ma soeur a écrit un livre intitulé « sur une petite ile bretonne » ; sortie droit de son imagination l’histoire relatait une jeune fille qui à la mort de ses parents retrouvait un manuscrit dans leur maison qui lui était léguée sur l’ île leur appartenant, et y découvrait à sa lecture qu’un marin, embauché pour une saison, avait eu une relation passionnée avec sa mère » et qu’elle n’était donc pas la fille du père qu’elle croyait être ; elle décidait au final de quittait Paris où elle vivait et de venir vivre dans cette maison – même ambiance et en Bretagne…. ; 2/3 ans après la sortie de son livre, le réalisateur de « l’équipier » sortait le film.

    Etonnant n’est-ce-pas ?? ma soeur n’a jamais voulu contacter le réalisateur pour en parler.

  7. J’ai vu ça hier soir à la télé pour fêter le printemps (rien à voir). Certes ce n’est pas le chef d’oeuvre du siècle, certes il y a sans doute mieux dans le genre; je ne sais pas pourquoi, je pense tout à coup à un autre trio sur une autre île dans un autre film tout aussi plat, où l’on fait du vélo, à cause des îles sans doute, c’était Ré, là c’est Ouessant (moins bobo, plus prolo), certes on devine un peu tout avant les personnages, mais que voulez-vous il y a cette fille accrochée au caillou comme elle le dit elle-même, comment s’appelle t’elle? Bonnaire, bonne toujours, bonne à tout faire; elle pourrait lire le bottin avec ses yeux qu’on la boirait encore. Allez, L’EQUIPIER c’est pas la mer à boire, juste une vague à l’armoricaine qui emporte tout dans son flash-back des familles, lieu propice comme on le sait, pour y loger les secrets

  8. Vous saluez l’interprétation de Torreton, j’ai trouvé au contraire qu’elle était trop typée, trop « je prends sur moi », trop monolithique. Derangère n’est pas vraiment crédible (du moins par rapport au passé de son personnage), et il semble errer sans vraiment savoir qui il est ni ce qu’il veut : le « mystère » de son personnage n’est pas épais mais, au contraire, fait de vide (en fait, il ne suscite pas le mystère ou l’intérêt qu’il devrait, il est inintéressant). Heureusement, Sandrine Bonnaire est, comme toujours, lumineuse.

    Je me souviens (je l’avais vu en salle à sa sortie) que j’avais trouvé ce film « honnête », regardable. Mais sans élan, et assez décevant dans sa deuxième partie. Je n’avais pas envie d’en dire du mal… mais je n’avais aucun enthousiasme pour en dire du bien. Finalement, c’est peut-être ça, le côté « téléfilm » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *