9 décembre 2005

Prima della rivoluzione (1964) de Bernardo Bertolucci

Prima della rivoluzione Elle :
Je n’ai pas vraiment réussi à accrocher à ce deuxième film très hermétique de Bertolucci. Certes, un style se dessine avec des prises de vues noir et blanc très photographiques mais Bertolucci se laisse trop emporter par la forme au détriment de ses personnages qui ne sont pas attachants. Une jeune tante névrosée tombe amoureuse de son neveu et fait état de ses doutes et de ses angoisses, peut-être un peu trop d’ailleurs… Ce long métrage semble faire partie de ces films (peut-être trop intellectualisant) de la nouvelle vague qui vieillissent assez mal et perdent de leur impact avec le temps.
Note : 1 étoile

Lui :
Ce genre de réflexion, existentielle et politique, a beaucoup plus de mal à prendre, quarante ans plus tard.
Note : 1 étoile

Acteurs: Evelina Alpi, Gianni Amico, Adriana Asti
Voir la fiche du film et la filmographie de Bernardo Bertolucci sur le site IMDB.

Voir les autres films de Bernardo Bertolucci chroniqués sur ce blog…

3 réflexions sur « Prima della rivoluzione (1964) de Bernardo Bertolucci »

  1. En effet, j’avais beaucoup aimé ce film qui me paraissait avant-coureur à l’époque, et plein, peut-être, de non-dits ou de trop dits que je comblais à ma manière, de mes propres aspirations, . . . sans doute.
    Mais rien ne vieillit plus mal qu’un certain cinéma trop bavard.
    Alors que certains films presque muets d’Antonioni (qui a lui-même terminé sa carrière dans un terrible mutisme) en disent encore beaucoup plus.
    Ah ! Revoir « la Notte » !

  2. Tiens, avec ce « Dominique albert DYKAS », voici le retour des commentaires inadmissibles qui fleurissaient au début de ce blog (et que j’ai découverts, consterné, plusieurs années plus tard lors de mes premières venues ici).

    Comme cette fois-ci je suis contemporain de ce commentaire, je peux y répondre.

    Et je dirais que ce mépris et cette prétention sont juste ridicules. Décider que si vous avez aimé un film, ce film est forcément génial, c’est à pleurer de prétention et de bêtise. Décider que, si quelqu’un n’aime pas ce film, c’est forcément qu’il n’aime que les blockbusters, c’est carrément vous tirer une balle dans le pied : cela prouve que vous n’avez même pas consulté d’autres films de ce blog et que vous venez juste déposer une agression déplacée et grossière.

    Il m’arrive de ne pas être d’accord avec les auteurs de ce blog, et je ne me prive pas de l’exprimer avec passion. Cela signifie analyser ou contre-analyser, parler de la mise en scène, du contenu, de l’intention, du style, du rythme, de l’émotion ; bref donner un autre éclairage argumenté… en respectant la subjectivité de chaque point de vue sur une œuvre artistique !, donc en acceptant qu’autrui puisse ne pas partager votre perception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *