7 juillet 2005

Le coût de la vie (2003) de Philippe Le Guay

Cout de la vieElle :
Le réalisateur tente de donner une dimension sociologique à son film. Il nous présente toute une série de portraits de gens assez typés pour rendre compte de leur rapport à l’argent. Un sujet en or, non ? On a droit au radin, au gaspilleur, à l’économe etc… Tout ce petit monde se croise mais ne se rencontre pas. Très décevant après s’être évertué à reconstituer le puzzle de toutes ces vies. Bref, on ne voit pas l’intérêt de ce déploiement d’énergie sur un sujet si banal. Le film ne repose malheureusement que sur ses acteurs (Luchini, Lindon) qui ne suffisent pas à soutenir l’édifice.
Note : 2 étoiles

Lui :
L’intention de l’auteur était certainement de nous brosser quelques personnages au travers de leur rapport à l’argent: on a ainsi droit à des personnages très typés (volontairement caricaturaux) et très classiques, le radin, le généreux mais brouillon, le très riche qui se retrouve tout seul, etc… Hélas, la mise en place de ces personnages s’éternise et surtout n’aboutit sur rien, car finalement il ne se passe rien. Le Coût de la Vie se regarder sans déplaisir mais nous laisse tout de même sur notre faim.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Fabrice Luchini, Vincent Lindon, Camille Japy, Géraldine Pailhas, Claude Rich
Voir la fiche du film et la filmographie de Philippe Le Guay sur le site IMDB.

Voir les autres films de Philippe Le Guay chroniqués sur ce blog…

3 réflexions sur « Le coût de la vie (2003) de Philippe Le Guay »

  1. Tout à fait d’accord avec vos commentaires. et pourtant, 2 ans après, je me souviens encore de quelques scènes : le déjeuner avec Lucchini, Vincent Lindon dans son restaurant…

  2. Je vous trouve bien injustes avec ce film au rythme bien enlevé, bonne chronique urbaine (Lyon) où l’on se croise, se recroise en un puzzle dynamique. Le thème est autant le rapport à l’argent qu’à la vie, au sens qu’on peut lui donner, en renonçant ou non à la tyrannie du fric. Le coût de la vie ne se comprend qu’en écho avec le goût de la vie (qu’est-ce qu’on bouffe dans ce film !) Et d’excellents acteurs (Isilde Le Besco, Lucchini, Lindon…)

  3. Je garde un bon souvenir de ce film. Il y a ceux qui savent donner (que ce soit financièrement, sentimentalement,…) et ceux qui savent recevoir, l’idéal étant de savoir faire les deux.
    Je suis d’accord avec Fraise des bois: »Le coût de la vie ne se comprend qu’en écho avec le goût de la vie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *