18 mars 2005

Violence des échanges en milieu tempéré (2003) de Jean-Marc Moutout

Echanges tempereElle :
Le réalisateur évite les clichés caricaturaux sur le monde de l’entreprise et privilégie l’analyse étayée des rapports sociaux entre employés et dirigeants. On découvre cet univers au travers d’un jeune consultant (Jérémie Renier) qui doit faire un audit précis d’une entreprise afin qu’elle puisse être rachetée par un grand groupe. Le jeune homme est confronté entre son désir de réussir professionnellement et ses scrupules vis-à-vis des salariés qu’il doit interroger pour pouvoir les licencier ensuite. Doit-il se rebeller ou adhérer à la doctrine de son employeur « Work Hard, Play Hard » ? Jean-Marc Mourtout fait des portraits sensibles de tous ces personnages et montre les contradictions d’un monde où l’entreprise doit faire du profit pour survivre mais en même temps doit gérer des hommes qui lui ont permis d’être en place.
Note : 5 étoiles

Lui :
En évitant les écueils de la caricature et de la simplification, Jean-Marc Moutout réussit là un film qui montre bien la réalité des entreprises et notamment de ces audits. Le manichéisme est donc évité pour se concentrer sur les rapports humains. Ce n’est pas vraiment positif, dans le sens où le petit jeune qui monte accepte de jouer le rôle de coupeurs de têtes. La mise en scène est assez carrée et précise, à l’image du sujet. Bonne interprétation de Jérémie Rénier.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Jérémie Renier, Laurent Lucas, Cylia Malki
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Jean-Marc Moutout

Une réflexion sur « Violence des échanges en milieu tempéré (2003) de Jean-Marc Moutout »

  1. Sur un sujet plutôt difficile, le réalisateur réussit à nous interesser constamment . Le monde du travail est ici vu à travers l’intervention d’un consultant devant réaliser un audit dans une entreprise avant le rachat de celle ci par une une plus grosse boite . Rachat qui bien sûr ne doit pas se faire sans casse sociale, le film serait pas autant intéressant. Finalement on a l’impression que les personnages ne maitrisent rien de leurs vies professionnelles et qu’ils sont emportés dans un tourbillon bien plus fort qu’eux : l’usine ne peut réaliser les pièces au prix de leurs rivaux en Inde et la tyrannie de la concurrence emporte tous leurs efforts . Et on voit que , au final, tous ces gens , dans une situation difficile , sont assez indifférents les uns aux autres : la DRH, au courant du plan social, se voile les yeux par lâcheté, la serveuse de cantine tape dans la caisse au risque de faire avoir des ennuis à ses collègues, le syndicaliste cache son inefficacité derrière sa grande gueule et son aggressivité en faisant un bouc émissaire du jeune consultant . Celui ci , interprété par Jérémie Rénier, jeune diplomé, va découvrir la vraie vie ou ses idéaux et scrupules seront engloutis . Et aprés la tempête, la vie continuera plus ou moins bien pour tout le monde .
    Par son réalisme et sa distance , grace aussi à ses interprètes, Jean-Marc Moutoux a réussi une bonne immersion dans ce jeu social qu’est le travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *