22 janvier 2005

« Derrière la façade » (1939) de Georges Lacombe et Yves Mirande

Derrière la façadeElle :
Bonne enquête policière bien enlevée avec toute une pléiade d’acteurs de renom et de seconds rôles aux visages familiers (Jules Berry, Gaby Morlay, Elvire Pöpesco, Michel Simon, Von Stroheim, Julien Carette etc…). L’enquête sur le meurtre d’une propriétaire d’un immeuble nous conduit dans chacun des appartements. On y fait la rencontre de personnages loufoques qui ont tous quelque chose à se reprocher. Les apparences de façade vacillent. L’humour est également au rendez-vous avec les querelles des deux inspecteurs.
Note : 4 étoiles

Lui :
Ce film de la fin des années 30 est un grand patchwork tout en formant un bel ensemble: Tout d’abord, on est étonné par la profusion d’acteurs vedettes et ensuite, le scénario se prête parfaitement à toute cette série de portraits différents, qui sont un étonnement permanent, une surprise à chaque fois que l’on pousse une porte dans cet immeuble où deux policiers font une enquête sur un meurtre. Il y a d’ailleurs beaucoup d’humour engendré par cette rivalité entre les deux policiers. Même si la peinture sociale reste au niveau des clichés, le film est une réussite qui garde toute sa fraîcheur et son mordant quelque 65 ans plus tard.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Jules Berry, Gaby Morlay, Elvire Popesco, Michel Simon, Erich Von Stroheim, Julien Carette
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Georges Lacombe et d’Yves Mirande

4 réflexions sur « « Derrière la façade » (1939) de Georges Lacombe et Yves Mirande »

  1. « Derrière la façade », l’un des meilleurs films français de l’année 1939. Avec quelle distribution! Jules Berry, Elvire Popesco, Jacques Baumer, Lucien Baroux, Erich von Stroheim…Je découvre en 1987, à l’âge de 19 ans ce film mythique…Je l’ai vu depuis une dizaine de fois. La dernière fois, les larmes me montaient aux yeux en voyant la distribution de ce chef-d’oeuvre tourné par ce regretté Georges Lacombe. Ils sont tous partis ces comédiens d’une autre époque mais la magie du cinéma opère toujours chez moi. Le temps qui passe ne m’a pas encore rendu impassible, ouf!
    Pascal Djemaa, auteur de « Fernandel, mon père » avec Franck Fernandel, aux Editions Autres Temps.

  2. C’est un film éblouissant en effet par la qualité de sa distribution et je voudrais rendre hommage à l’immense Jules Berry qui fut sans doute l’un des acteurs les plus doués du cinéma français. Trop oublié aujourd’hui -le soixantième anniversaire de sa mort est passé inaperçu sauf chez lui en Poitou- il avait du génie et même dans des rôles secondaires — mais ce n’était pas un second rôle!- il ennoblissait de sa seule présence des films qui sans lui n’auraient eu aucune valeur.
    Un cinéphile de 38 ans.

  3. Oui, Jules Berry fait partie des plus grands acteurs français, toutes périodes confondues. Il a une présence rare. Comme vous le dîtes, à côté de ses grands rôles, cet ancien acteur de théâtre a hélas tourné dans une grande série de films de moindre valeur mais, à chaque fois, il sauve le film par sa seule présence. C’est un plaisir simplement de le voir évoluer avec son bagout et son caractère enjôleur et toujours une belle prestance.

  4. Ce film est assurément un chef d’oeuvre du cinéma français. On peut le comparer aux grands films de Renoir ou de Sacha Guitry. Tout est parfait, le scénario, la mise en scène, la distribution – exceptionnelle. A voir et à revoir sans modération!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *