23 décembre 2004

La petite prairie aux bouleaux (2003) de Marceline Loridan Ivens

La Petite prairie aux bouleaux Elle :
Emouvant voyage d’une rescapée des camps qui retourne au camp de Birkenau pour retrouver les racines de sa déportation alors qu’elle avait 8 ans. C’est Anouk Aimée qui incarne cette femme volontaire dont les nerfs sont à fleur de peau. Le pari est réussi car ce n’était pas évident d’évoquer les fantômes du passé, ces tranches de vie disparues et de mettre en scène ce périple dans les ruines vides de ce camp. Les images des folles herbes que fait ondoyer le vent sont belles et évoquent tous ces disparus de façon presque sereine. La rencontre avec ce jeune photographe allemand dont le grand-père avait inventé le concept des camps est intéressante car elle donne un message d’espoir pour les générations futures.
Note : 4 étoiles

Lui :
Montrant le retour après 50 ans d’une rescapée d’Auschwitz sur les lieux de ce camp, le film souffre un peu du jeu un peu excessif d’Anouk Aimée: à trop vouloir montrer une certaine rage qu’elle porte en elle et son impossibilité à oublier, le film rend son personnage principal plutôt antipathique ce qui nous en éloigne quelque peu. C’est dommage. Néanmoins, le film nous laisse imaginer en partie l’empreinte indélébile que ces camps de la mort ont pu laisser chez ceux qui ont pu en réchapper.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Anouk Aimée
Voir la fiche complète du film et la filmographie de Marceline Loridan Ivens

Une réflexion sur « La petite prairie aux bouleaux (2003) de Marceline Loridan Ivens »

  1. bonjour,
    autant je serais d’accord avec l’avis de madame, encore que ce n’est pas à 8 ans que M.LI est arrivée au camp mais à 14 – à 8, elle n’en serait certainement pas revenue-, que l’avis de monsieur me laisse un poil perplexe. En effet, en quoi anouk aimée est elle ici excessive? Expressive ça oui! mais peut-on lui reprocher ? Sûrement pas, puisque tout le discours du film devait se transmettre par le biais de ses émotions. De même, en quoi est elle antipathique ? En offrant au jeune allemand ce qu’il désire, l’accompagner, elle est plutôt porteuse d’espoir…
    http://alapoursuiteduvent.blogspot.com/2007/07/la-petite-prairie-aux-bouleaux.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *