28 juin 2019

L’île de Black Mór (2004) de Jean-François Laguionie

L'île de Black MórAu début du XIXe siècle, en Cornouailles (Angleterre), un garçon de 15 ans est enfermé dans un terrible orphelinat où les enfants vivent comme des bagnards. L’adolescent est fasciné par les histoires du pirate Black Mór que lui conte un vieux professeur. Bien décidé à parcourir les mers, il parvient à s’échapper…
Écrit et réalisé par Jean-François Laguionie, L’île de Black Mór a d’abord été un roman. Inspirée des récits de Joseph Conrad et de Robert Louis Stevenson, c’est une de ces histoires de rêves d’enfants, de rêves de grandes aventures. Le projet de le transposer à l’écran n’a pas été facile à concrétiser et c’est finalement une équipe de seulement treize personnes qui l’a mis en images. Le dessin, très épuré, évoque une bande dessinée de style ligne claire. Les couleurs aux teintes pastel sont douces. L’ensemble est sobre mais beau et assez raffiné. Pour les petits bien entendu mais aussi pour les grands…
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs:
Voir la fiche du film et la filmographie de Jean-François Laguionie sur le site IMDB.
Voir la fiche du film sur AlloCiné.

Voir les autres films de Jean-François Laguionie chroniqués sur ce blog…

Voir les livres sur Jean-François Laguionie

L'île de Black Mór
L’île de Black Mór de Jean-François Laguionie.

L'île de Black Mór

4 réflexions sur « L’île de Black Mór (2004) de Jean-François Laguionie »

  1. une œuvre originale et séduisante, qui se démarque des poncifs du cinéma pour enfants made in USA.

  2. Petite précision : « Cornouailles » et non pas « Cornouille ».
    Il s’agit ici de (ou des) la Cornouaille(s) britannique(s), à ne pas confondre avec son homonyme breton (ancien évêché de Cornouaille – Bro-Gerne actuel).
    À première vue (affiche), le terme « Mór pourrait être issu d’un cornique signifiant « mer », confère « mor » en breton, tous les deux issus du celtique et parents indo-européens du latin « mare »… À moins qu’il ne s’agisse du britonnique « Mor » (auguste, grand…), issu du celtique « Moros », confère breton « Meur », gallois « Mor »… S’agissant ici d’un nom de personne, après réflexion, cela semblerait plus juste … confère le roi breton mythique « Conomor » + gaélique Mór, tiens ! Un pirate irlandais, alors, l’ « Auguste » Noir ? Peut-être bien, vu l’accent aigu sur le « o »…
    Cordialement.

  3. Et merci à vous, car cela m’a permis d’apprendre comment on écrivait Mor avec un accent aigu sur un clavier d’ordinateur ! Mór, Mór, Mór et Mór !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.