20 novembre 2011

L’assassinat du Père Noël (1941) de Christian-Jaque

L'assassinat du Père NoëlUn petit village de Savoie, isolé par la neige, se prépare à fêter Noël. Comme chaque année, c’est le vieux Gaspard Cornusse, fabricant de mappemondes, qui va faire le Père Noël. Mais, cette année sera marquée par plusieurs évènements : le retour du Baron après un long voyage et surtout le vol de l’anneau de saint Nicolas dans l’église… L’assassinat du Père Noël est le premier film sorti par la Continental, compagnie de production cinématographique créée sous l’Occupation en France par les allemands (1). Le film est adapté d’un roman de Pierre Véry (également auteur des Disparus de Saint-Agil adapté trois ans plus tôt par Christian-Jaque). L’ensemble repose sur une bonne intrigue et, bien qu’un fort indice nous soit donné très tôt dans le film, nous n’avons aucune certitude. Cette intrigue flotte dans une atmosphère de légère féérie, que l’on retrouvera dans de nombreux films sous l’Occupation. Les seconds rôles sont assez intéressants et bien définis. Comme toujours, Harry Baur fait une bonne prestation, mais sans être remarquable toutefois. La réalisation est assez classique. L’assassinat du Père Noël fut un grand succès populaire.
Elle:
Lui : 3 étoiles

Acteurs: Harry Baur, Renée Faure, Robert Le Vigan, Fernand Ledoux, Marie-Hélène Dasté
Voir la fiche du film et la filmographie de Christian-Jaque sur le site IMDB.

Voir les autres films de Christian-Jaque chroniqués sur ce blog…

Remarques :
Bernard Blier, de retour d’un camp de prisonnier, incarne un petit rôle, le gendarme à la fin du film. La petite fille dans la boutique n’est autre que Danielle Dorléac (4 ans), sœur aînée de Catherine Deneuve et de Françoise Dorléac.

(1) Quand les allemands ont occupé la France en 1940, ils ont fait jouer toute une série de films allemands dans les cinémas. Le succès fut très médiocre. Les allemands créèrent alors la société de production Continental, une firme allemande filiale de l’U.F.A., dans le but de tourner des films 100% français sous leur contrôle. Goebbels avait donné des instructions pour que le cinéma français produise « des films légers, vides et si possible, stupides ». La Continental produira 30 films entre 1941 et 1945 (sur un total de plus de 200 films français). Heureusement, tous ne sont pas « vides et stupides », loin de là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *