18 avril 2011

Tetro (2009) de Francis Ford Coppola

TetroLui :
Employé sur un paquebot, le jeune Bennie profite d’une escale technique à Buenos Aires pour rendre visite à son grand frère Tetro qu’il n’a pas revu depuis des années. Celui-ci a en effet rompu tout lien avec sa famille, notamment avec son père, un musicien de génie égocentrique et tyrannique… Francis Ford Coppola signe là un grand film, une histoire qu’il a lui-même écrite centrée sur un thème qui lui est cher, celui de la famille. C’est une histoire très forte sur une superbe construction qui dévoile par petites touches les rivalités, les tensions, les plaies restées ouvertes. Le film est tourné en noir et blanc avec les quelques scènes de flashbacks en couleurs légèrement désaturées. Belle photographie. Tetro est en outre servi par une belle prestation de Vincent Gallo, riche et complexe. Loin de tout spectaculaire, Tetro est une œuvre subtile et puissante, du très beau cinéma.
Note : 5 étoiles

Acteurs: Vincent Gallo, Alden Ehrenreich, Maribel Verdú, Klaus Maria Brandauer, Carmen Maura
Voir la fiche du film et la filmographie de Francis Ford Coppola sur le site IMDB.

Voir les autres films de Francis Ford Coppola chroniqués sur ce blog…

8 réflexions sur « Tetro (2009) de Francis Ford Coppola »

  1. Il y a cependant une incohérence. A la fin du film il n’aurait aucune chance de survivre vu comment il traverse la rue.

    Ici, à Buenos Aires traverser une rue est une forme populaire de la roulette russe.

    Sinon c’est effectivement un très beau film.

  2. Oui, je suis d’accord : la scène ultime est inutile.
    On pourrait même aller jusqu’à la qualifier « d’ image facile »…
    A mes yeux, elle n’est pas cohérente avec le reste du film.

  3. J’ai un peu de mal a comprendre pourquoi vous parlez de ce film en avril 2011, alors qu’il est sorti il y a deja 2 ans…
    Ceci dit, c’est un film inoubliable, qui met mal a l’aise car il destructure autant qu’il est destructure (en apparence, et c’est la toute la subtilite de Coppola). Le personnage de la femme de Tetro (j’ai oublie son nom) est un role sublime de femme, que toute actrice reve de jouer une fois dans sa carriere.
    Bref, du tres grand cinema, BRRRRRRRRR……..!!!!

  4. Vous me faites pitié les tourtereaux de l’œil. Les choix de l’équipe rédactionnelle du Monde.fr confirme leur préférence pour l’eau tiède et les trucs mollasses. Thalassa – pour ne citer qu’une émission- à côté de vos commentaires – ça déchire grave. Allez hop, tisane et au dodo ! Si ce commentaire n’apparait pas, j’aimerais connaitre vos tristes motivations.

  5. Suis-je donc le seul à trouver une certaine logique à l’oeuvre de Tetro ? Certes, un désordre apparent y règne, mais ce n’est que pour illustrer le caractère bordélique de nos vies, et cette ambiance foutraque est maîtrisée dans la dernière partie du film. C’est peut-être ainsi que le dernier plan pourrait trouver son explication, bien qu’il semble artificiel. Pour ma part j’ai l’impression que c’est l’illustration du caractère de Bennie, qui par ses pulsions adolescentes pousse à l’extrême son existence.

    Cher M. Faber, je respecte votre opinion, même si j’exècre au plus haut point Thalassa. Je me vois cependant dans l’obligation de préciser qu’il ne s’agit pas ici de tourtereaux de l’oeil. Je comprends que le format de plus de deux heures qui alterne noir et blanc et couleur a dû vous dérouter. Mais je me dois de vous le dire, tous les films en noir et blanc ne sont pas des soupes de mauvaise qualité destinées à remplir les troisième parties de soirées de la grille d’Arte. Cela peut-être voulu, et justifié. L’action d’un film peut également se trouver autre part que dans les actions effectives d’un corps dans l’espace, enfin je m’abstiendrai de ressortir ici toute l’histoire de la mise en scène. Tetro ne se revendique pas comme LE film qui a tout changé, et c’est peut-être cela qui vous gêne au fond. Mais c’est ce qui m’a le plus touché.

    Enfin, M. Lui et Mme Elle, j’ai été happé par l’alléchant ‘plus que des critiques’ en venant sur votre site, mais en fait c’est moins. Grosse déception ! Avis avisés cependant, merci.

    Cinéphilement vôtre,
    S.Projectionist

  6. Fichtre… Je n’avais pas réalisé que la phrase du bandeau pouvait être comprise de travers…. le sens est « Plutôt que des critiques de films, ce sont de simples commentaires… »

    Je changerai la phrase quand je le pourrai car, suite à l’upgrade des blogs du Monde, nous n’avons plus accès au texte du bandeau… 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *