24 octobre 2010

L’enfant de Paris (1913) de Léonce Perret

L'enfant de ParisLui :
(Muet, 2h04) Sur un scénario conçu comme un film à épisodes, Léonce Perret réalise un long métrage d’une durée inhabituellement longue pour son époque. Après le décès de ses parents, une fillette de bonne naissance est placée dans un pensionnat dont elle s’échappe. Elle est alors kidnappée par un petit malfrat qui voit là la possibilité de demander une rançon. En attendant, il la place chez un cordonnier ivrogne. Tel est le point de départ de L’enfant de Paris, une intrigue policière qui verra quelques rebondissements. Le scénario se déroule parfaitement, Léonce Perret prenant le temps de bien asseoir ses personnages et d’intensifier les situations. Sur le plan technique, le film est étonnant de modernisme : nombreux plans différents entremêlés par un montage assez enlevé, gros plans, contre-plongées et même des mouvements de caméra. L'enfant de Paris Ce film est la preuve manifeste de l’avance du cinéma français d’alors sur le cinéma américain. Perret tourne beaucoup en extérieurs, à Paris d’abord puis à Nice où, avec son opérateur Georges Specht, il fait de superbes plans de la ville et de la baie depuis les hauteurs. La semi-errance du Bosco à la recherche de la fillette est vraiment très belle, poétique même. Le jeu des acteurs est bien retenu, ce qui est remarquable pour l’époque, sauf celui de la fillette qui appuie beaucoup trop l’expression de sa tristesse et son désarroi. Plus que tout autre de ses films, L’enfant de Paris montre la maîtrise et le sens artistique de Léonce Perret. Il est bien plus que le simple « second réalisateur de la Gaumont » (derrière Feuillade).
Note : 4 étoiles

Acteurs: Louis Leubas, Maurice Lagrenée, Émile Keppens, Marc Gérard
Voir la fiche du film et la filmographie de Léonce Perret sur le site IMDB.

Voir les autres films de Léonce Perret chroniqués sur ce blog…

2 commentaires sur « L’enfant de Paris (1913) de Léonce Perret »

  1. Vu ce soir à la cinémathèque. Long film aux décors et extérieurs particulièrement soignés. C’est un véritable mélodrame que nous offre Léonce Perret, avec des moments d’errements, de tristesse et parfois de quasi épouvante. Un très beau film qui se situe tout au début de l’histoire du cinéma français !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *