29 avril 2010

Caramel (2007) de Nadine Labaki

Titre original : « Sukkar banat »

CaramelElle :
Cette chronique qui porte sur plusieurs générations de femmes au coeur de Beyrouth est pleine de sensualité, d’espoir et d’humour. Ces femmes, des plus jeunes aux plus âgées, gravitent autour d’un salon de beauté qui devient un cocon à l’écart des hommes et le réceptacle de leurs angoisses et de leurs joies. Elles étouffent dans le carcan des hommes qui régentent et surveillent leur vie amoureuse. Elles sont pleines d’hésitation dans le choix de la vie à mener. Le culte de l’apparence et de la jeunesse, l’attrait pour l’occident éblouissent ces femmes en perte de repères. Doivent-elles garder une part de vérité et de pudeur ou exaucer leurs désirs de séduction à tout prix? La jeune réalisatrice trace des portraits sensibles et pleins de vie.
Note : 4 étoiles

Lui :
Avec pour lieu central un salon de beauté un peu défraîchi de Beyrouth, Caramel nous fait partager les sentiments de plusieurs femmes libanaises, leurs aspirations, leurs déceptions… Pour son premier long métrage, la réalisatrice libanaise Nadine Labaki tient elle-même le rôle principal et parvient à dresser des portraits très authentiques. Ces femmes d’âges différents ont en commun d’être en quête affective. Certaines recherchent une certaine assurance dans une exubérance certaine mais elles se montrent très fragiles. Elles paraissent comme écartelées entre la pesanteur d’une société et des modèles occidentaux édulcorés. Loin de tout manichéisme ou de simplification, le propos de la réalisatrice semble être plus de décrire que d’accuser. Son film est au final assez attachant. Son authenticité est certainement nourrie par le fait que tous ses acteurs sont amateurs.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Nadine Labaki, Yasmine Elmasri, Joanna Moukarzel, Gisèle Aouad
Voir la fiche du film et la filmographie de Nadine Labaki sur le site IMDB.

4 réflexions sur « Caramel (2007) de Nadine Labaki »

  1. J’arrive sur ce blog qui m’a l’air très intéressant, mais je ne peux que réagir devant ces critiques mitigées sur un film qui est simplement mauvais. Tout est artificiel, les quelques idées sont souligné 20 fois par une musique mièvre et explicative. La démarche est sympa, certes, mais que ce film est mal ficelé!

  2. Je rejoins l’avis de Boebis: j’ai trouvé ce film inintéressant au possible tant les clichés sont nombreux, les situations banales, le propos superficiel.
    La plupart des actrices sont cependant jolies, apparemment la réalisatrice est fascinée par une certaine forme de féminité…
    Si les Libanaises ont désormais ce genre de soucis, on peut se réjouir pour elles (ou pas d’ailleurs mais bon…). C’est vrai qu’on finit par attendre d’un film du Moyen-Orient qu’il nous bouleverse, évoque la guerre, aborde la question de la religion, nous montre une société différente de la nôtre…ce qui est injuste au fond: les réalisateurs libanais, comme les réalisateurs du monde entier, ont le droit de n’avoir rien de nécessaire à raconter.
    Cela dit, puisqu’il s’agit d’un film sur les femmes (la femme?), vouloir être aimée, rester jeune et pas ménopausée, se faire les ongles, s’épiler…quel programme!
    Moi ce caramel ça m’a écœurée!
    Stéa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *