25 janvier 2010

J.F. partagerait appartement (1992) de Barbet Schroeder

Titre original : « Single white female »

J.F. partagerait appartementLui :
JF partagerait appartement, c’est la petite annonce que passe la jeune new-yorkaise Allison (Bridget Fonda) après avoir rompu avec son petit ami. Elle choisit Hedy (Jennifer Jason Leigh) qui va lier des liens étroits mais un peu étranges avec elle. Ce film de Barbet Shroeder est un thriller, l’aspect psychologie des personnages reste à un niveau simple, le réalisateur s’appliquant surtout à créer un climat qui s’alourdit peu à peu, très progressivement. Sur ce plan, son film est très réussi, tout comme l’utilisation des décors : c’est un superbe building de New York, The Ansonia, qui a servi au tournage (les plans extérieurs sont toutefois très peu nombreux, hélas). En revanche, JF partagerait appartement est globalement assez conventionnel sur le plan du scénario, un peu racoleur parfois avec ses côtés gentiment sexy. Un film qui se laisse regarder sans déplaisir mais qui s’oublie vite (sauf, probablement, pour ceux qui cherchent un ou une co-locataire…)
Note : 2 étoiles

Acteurs: Bridget Fonda, Jennifer Jason Leigh, Steven Weber, Peter Friedman, Stephen Tobolowsky
Voir la fiche du film et la filmographie de Barbet Schroeder sur le site IMDB.

Voir les autres films de Barbet Schroeder chroniqués sur ce blog…

Remarque :
Ce film a eu une suite : J.F. partagerait appartement 2 (Single White Female 2: The Psycho) de Keith Samples (2005) avec Kristen Miller et Allison Lange, film qui n’est habituellement guère estimé par ceux qui l’ont vu.

3 commentaires sur « J.F. partagerait appartement (1992) de Barbet Schroeder »

  1. C’est vrai qu’il est assez conventionnel, mais il fonctionne bien, je trouve, même s’il peut paraître un peu vieillot aujourd’hui. En revanche, de mémoire, j’avais trouvé la fin un peu expéditive.

    Dans le genre, je préfère Dark Water ou, de très loin, Un frisson dans la nuit.

    Bonne journée.

  2. Une réponse au commentaire de Martin (car je n’ai pas vu Single White Female) : n’évoquez vous pas plutôt « Seule dans la nuit » que « Un frisson dans la nuit » (Play Misty for Me) ? Deux excellents films effrayants au demeurant…

  3. Du même réalisateur, je recommande le premier film : More (BO : Pink Floyd) sur le parcours initiatique d’un jeune Allemand qui rencontre la drogue, l’amour, et la mort.

    Le suivant, La Vallée, est beaucoup moins réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *