11 décembre 2009

Charlot, chef de rayon (1916) de Charles Chaplin

Titre original : « The floorwalker »

Charlot, chef de rayonElle :
(pas vu)

Lui :
(Film muet de 30 minutes) Premier des douze courts métrages que Charles Chaplin a réalisé pour la Mutual en 1916 et 1917, Charlot Chef de Rayon préfigure parfaitement la qualité et l’inventivité qu’il montrera durant cette période, l’une des plus faste de sa carrière. Le lieu est somme toute assez réduit : deux rayons d’un grand magasin, deux bureaux à l’étage et, surtout, entre les deux, un escalier mécanique avec lequel Chaplin va trouver toutes sortes de gags. Se sentant maintenant délivré de toute contrainte, il laisse libre cours à son inventivité et il n’en manque pas : le rythme est très soutenu, il n’y a aucun temps mort, gags et situations burlesques s’enchaînent rapidement. Il joue beaucoup plus qu’avant avec les objets, le personnage du vagabond étant ici laissé de côté. Il apporte aussi beaucoup plus de soin à la construction, le début de son perfectionnisme légendaire. Résultat : on ne voit pas le temps passer et on rit probablement autant aujourd’hui qu’il y a un siècle.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Charles Chaplin, Eric Campbell, Edna Purviance, Lloyd Bacon
Voir la fiche du film et la filmographie de Charles Chaplin sur le site IMDB.
Voir les autres films de Charles Chaplin chroniqués sur ce blog…

Remarques :
– La fin est assez brutale sur les copies actuelles. Il semble qu’il manque les quelques secondes finales où les indélicats sont arrêtés et Charlot, félicité, commence à conter fleurette à la secrétaire.
– On remarque une scène qui est l’embryon de la scène du miroir de La Soupe aux Canards des Marx Brothers (présente aussi dans un film de Max Linder de 1921) : quand il voit son double, Chaplin croit être devant une glace car tous les deux font les mêmes mouvements. 

La filmographie de Charles Chaplin dans ses grandes lignes :
* 1914 : 35 courts métrages pour la Keystone avec Mack Sennett qui l’a découvert (certains sont réalisés par lui).
* Janv. 1915 – Fev. 1916 : 14 courts métrages pour Essanay (il réalise lui-même maintenant tous ses films)
* Mars 1916 – Sept 1917 : 12 courts métrages pour la Mutual (Chaplin dira plus tard qu’il s’agit de la période la plus heureuse en terme d’inspiration de sa carrière)
* 1918 – 1923 : 7 courts métrages et premier long métrage (The Kid) pour First National  
* 1923 – 1977 : 10 longs métrages pour les Artistes Associés dont il est l’un des membres fondateurs (victime du maccarthisme et exilé de force, il vit et tourne en Europe à partir de 1952).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *