27 août 2009

On murmure dans la ville (1951) de Joseph L. Mankiewicz

Titre original : « People will talk »
Autre titre : « Le mystérieux Dr Praetorius »

On murmure dans la villeElle :
(pas vu)

Lui :
Du fait de sa vision peu conventionnelle mais très humaniste de la médecine, un brillant docteur est jalousé par un de ses collègues qui a juré sa perte. Pendant que l’on fouille dans son passé, le docteur tombe amoureux de l’une de ses patientes. On murmure dans la ville semble ainsi bâti sur une double trame de scénario dont les chemins vont s’entremêler. Cary Grant sait donner de la profondeur à son personnage, optant pour un jeu assez retenu tout en gardant beaucoup de présence. Le mystérieux Dr Praetorius Le film repose aussi sur de beaux seconds rôles, avec notamment Finlay Currie dans un rôle de butler pittoresque et impassible et Walter Slezak plein de bienveillance. On a reproché parfois au film son côté un peu bavard et ses bonnes intentions trop évidentes mais il faut le replacer dans son époque, en pleine vague du maccarthysme. On murmure dans la ville apparaît alors comme un subtil plaidoyer contre l’intolérance ce qui lui donne une tout autre dimension. Mankiewicz a déclaré que People will talk était son film préféré.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Cary Grant, Jeanne Crain, Finlay Currie, Hume Cronyn, Walter Slezak
Voir la fiche du film et la filmographie de Joseph L. Mankiewicz sur le site IMDB.

Voir les autres films de Joseph L. Mankiewicz chroniqués sur ce blog…

Autres versions :
Le film est adapté d’une pièce de Curt Goetz qui avait déjà été portée à l’écran :
Frauenarzt Dr. Prätorius (1950) de l’allemand Karl Peter Gillmann assisté de l’auteur lui-même (à noter qu’il s’agit du premier film ouest-allemand sorti après la guerre).
Kurt Hoffman tournera une nouvelle version en 1965 : Dr. med. Hiob Prätorius.

3 commentaires sur « On murmure dans la ville (1951) de Joseph L. Mankiewicz »

  1. Un film magnifique, merveilleusement porté par l’interprétation de Cary Grant et de Jeanne Crain. Merci de le mettre en vedette aujourd’hui.

  2. Reprocher à un film de Mankiewicz d’être trop bavard, c’est comme reprocher à un Bay/Bruckheimer d’avoir trop d’action !! :o) L’essence de des films de Mankiewicz est précisément dans les dialogues et les rapports entre les personnages, ce qui est suffisamment rare dans le cinéma américain pour être mentionné.

  3. « L’essence de des films de Mankiewicz est précisément dans les dialogues et les rapports entre les personnages »

    Dont le magnifique All About Eve…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *