22 septembre 2008

Toi, le venin (1958) de Robert Hossein

Toi le veninElle :
(pas vu)

Lui :
En pleine nuit, un homme se laisse séduire par une jeune femme blonde mystérieuse qui tente ensuite de l’écraser. Il retrouve la voiture dans une maison où habite deux sœurs, blondes toutes deux. Robert Hossein eut l’excellente idée de faire jouer ces deux sœurs par deux actrices qui sont elle-même sœurs : Marina Vlady et Odile Versois. Elles ne sont pas jumelles mais elles se ressemblent beaucoup. De plus, il faut rappeler que Robert Hossein venait d’épouser la très jeune Marina Vlady deux ans auparavant… Donc, fort logiquement, le film est un écrin pour ces deux jeunes femmes et les met superbement en valeur. Mais, Toi le Venin est bien plus que cela : le climat créé est empreint de mystère et nous place dans un état de questionnement permanent ; il est bien difficile de se faire une idée. C’est d’autant plus remarquable que le scénario comporte quelques points peu crédibles mais on est totalement gagné par le climat étrange et presque hypnotique. Toi le Venin nous tient en haleine jusqu’à la toute fin. Un film remarquable, hélas bien trop méconnu.
Note : 4 étoiles

Acteurs: Marina Vlady, Odile Versois, Robert Hossein
Voir la fiche du film et la filmographie de Robert Hossein sur le site imdb.com.

4 réflexions sur « Toi, le venin (1958) de Robert Hossein »

  1. Pour compléter votre très bonne analyse, j’ajoute que ce film a été réalisé d’après le roman de Frédéric Dard « C’est toi le venin », paru en 1947. Robert Hossein avait là matière à réaliser un excellent film ; ce qu’il n’a pas manqué de faire.

  2. ce film existe-il en DVD ?
    Comment me le procurer ? au moins la musique du film,toi le venin, à défaut du DVD merci

  3. L’ouvrage de Dard n’est pas paru en 1947, mais en 1957. Dard a écrit de nombreuses variations sur le thème du double, sous la forme de suspenses comme ici, mais aussi sous la forme de récits d’épouvante.
    Quant au film, il est très moderne, surtout pour l’époque, il y a une sorte de folie sexuelle qui gagne le héros. Mais à sa sortie, ce petit film fauché fit un vrai tabac, et la musique du père de Robert Hossein devint un « tube ».
    Et puis il y a Marina Vlady et rien que pour ça le film vaut le déplacement.
    http://alexandre.clement.over-blog.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *