Série noire (1979) de Alain Corneau

Série noireElle :
Des décors de banlieue oppressants, des intérieurs tristes et sordides, des personnages solitaires et marginaux rendent l’atmosphère de ce film glauque, triste et angoissante. Le film est centré sur le personnage de Patrick Dewaere qui de VRP minable devient un assassin sans scrupules et déjanté. Cette noirceur de la vie finit par lasser et même déteindre sur le moral.
Note : 3 étoiles

Lui :
Tout comme Getaway commenté dans le billet d’hier, Série Noire est adapté d’un roman de Jim Thompson et décrit aussi une fuite en avant, mais d’un tout autre genre. Tonitruant, Patrick Dewaere interprète magistralement ce représentant de commerce médiocre. Il en fait beaucoup, mais jamais trop, et donne une dimension presque attachante à ce triple criminel. L’ambiance est noire, sordide à souhait. Le film dérange, remue. C’est ce que l’on recherchait dans le cinéma de la fin des années 70. Revu après plus 20 ans, le film semble souffrir de certaines longueurs et l’on est pressé d’en terminer.
Note : 2 étoiles

Acteurs: Patrick Dewaere, Myriam Boyer, Marie Trintignant, Bernard Blier
Voir la fiche du film et la filmographie de Alain Corneau sur le site imdb.com.

Voir les autres films d’Alain Corneau chroniqués sur ce blog…

Existent également avec le même titre :
Le film Série Noire de Pierre Foucaud (1955) avec Henri Vidal, Erich von Stroheim
Une série TV Série Noire (1984)

3 réflexions sur « Série noire (1979) de Alain Corneau »

  1. Une oeuvre magistralement adaptée et interprétée, Georges Perec (la vie mode d’emploi) signe les dialogues de ce film au ton décalé et quelque peu alluciné où Patrick Dewaere donne toute sa troublante personnalité.
    Les décors et les musiques (des tubes de la fin des années 70’s, accentuent le côté miséreux et l’ennui de la vie de ce VRP de banlieue).
    Le meilleur film d’Alain Corneau.

  2. Un film magistral qui est une réinterprétation du film noir américain. Dans le film de Corneau, la vamp est plutôt une Lolita qui entraîne Franck Poupart, le personnage principal, à sa perte. Les dialogues sont savoureux et permettent au spectateur de souffler, de sourire… avant d’être confronté à des scènes d’une très grande noirceur.
    Un article sur Série noire sur mon blog : http://fonduaunoiretbigoudis.wordpress.com/
    Flo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *