L’ enfer du dimanche (1999) d’ Oliver Stone

Titre original : Any Given Sunday

L'enfer du dimancheElle :
Un début agressif et oppressant, des images saccadées et des footballeurs américains… (Abandon rapide)
Note : pas d'étoiles

Lui :
Bruyantes, heurtées et… épuisantes à regarder, ces scènes de football américain sont à la fois confuses et pénibles. Assez bizarrement, Oliver Stone cherche à faire un spectacle de sa dénonciation du sport-spectacle. (Abandon)
Note : pas d'étoiles

Acteurs: Al Pacino, Cameron Diaz, Dennis Quaid, James Woods
Voir la fiche du film et la filmographie de Oliver Stone sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Oliver Stone chroniqués sur ce blog…

8 réflexions sur « L’ enfer du dimanche (1999) d’ Oliver Stone »

  1. encore des personnes qui n’y comprennent rien, Oliver Stone signe un film réussi, sur un sport méconnu chez nous, et contrairement à ce que vous dites les scènes de match sont exceptionnelles de réalismes et je ne vois pas pourquoi vous expliquez votre désarroi en utilisant les mots « footballeurs américains ».

  2. Ce fil est génial!Comment vous pouvez dire quil est nul!C’est une honte!
    Ce film est réel à un tel point, c’est incroyable
    les acteurs sont exceptionnels!Les scènes sont tournées parfaitement
    c’est une oeuvre immortel ce film
    De plus je ne suis pas américain mais je trouve le foot us spectaculaire, ça change de la ligue 1 et des petits footballers maigrichons
    Ce film est génial!

  3. Nous n’avons jamais dit que « le film est nul »… D’ailleurs, c’est une expression que je n’écrirais jamais car elle ne veut pas dire grand chose.

    Nous décrivons simplement nos sensations par rapport au film et expliquons pourquoi nous n’aimons pas.
    Rien de plus.

    Maintenant, vous avez tout à fait le droit de ne pas être du même avis. Cela me semble tout à fait normal.

  4. salut tout le monde jaimerais un pti renseignement je cherche une musique ki est ds le film et impossible de la trouver celle lamusique un peu funk kil passe dans les douches merci davance

  5. Bonsoir mesdemoiselles, mesdames, messieurs, veuilez excuser par avance mon orthographaphe deplorable du fait de mon clavier qwerty. Enfin sachez qu apres plusieurs annees entre le premier commantaires et le mien, de l eau a coulee sous les ponts.D une part, le foot us commence a devenir religion chez nous avec la grande soiree superbowl inloupable sur france 2. Et donc par consequent, public. Ce film, en toutes comprehensions, ou plutot accomodations de puairiliter de soit disant intello du cine, ce film reste dans le domaine du foot us et du sport de haut niveau en generale, exprime les deviences de tout sports pro et c est men cela que ce film, que personnellement j adore nous y introduit par la verite du terrain, que malgre tout a cet epoque, beaucoup de realisateurs aurait regnie de peur de faire de l ombre a la cause defendu ou visees

  6. S’il est vrai qu’Oliver Stone fait de plus en plus dans le  »tape à l’oeil’, je dois malheureusement vous dire que vous (les auteurs blog) n’avez rien compris à ce film. Il faut sortir des apparences et se rendre compte que celui-ci en dit énormément sur la culture de masse américaine car ce n’est pas un hasard si le foot US est en train de supplanter le baseball aux US. Une excellente réflexion sur les excès de cette société. Ce sport revèle le meilleur et le pire de la société américaine: culte de l’argent, de la réussite à tout prix, refus de l’échec, compétition, etc,… et le meilleur: possibilité de rebondir (cf à la fin le coach qui repart vers une nouvelle équipe), chance donnée à ceux qui savent la saisir, récompense au mérite et au non systématiquement à l’ancienneté, etc,… La mise en scène aussi en dit long et ce qui ne gâte rien les scènes de match sont très bien filmées. Vous n’y avez vu qu’un mauvais vidéo clip. Dommage… Et je n’ai pas parlé de la scène du speech du coach à la mi-temps véritable cliché à priori sur le dépassement de soi et l’esprit d’équipe mais cela aussi c’est une valeur américaine! Bref, ce n’est pas un film sur le foot US mais sur ce qu’il revèle de la société US.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *