3 décembre 2006

Le Roi danse (2000) de Gérard Corbiau

Le Roi danseElle :
Devant ce spectacle débordant d’effets artificiels, on reste songeur. La personnalité colérique de Lully, la chorégraphie presque moderne des danses, le ridicule de certaines scènes avec Molière laissent sceptique sur la vérité historique du film. La minceur du scénario ajoute à l’ennui que l’on éprouve au bout d’un certain temps.
Note : pas d'étoiles

Lui :
Insupportable… On ne croit pas une seule seconde à cet assemblage de scènes tape-à-l’oeil, de pitreries diverses. Les acteurs ne sont guère crédibles dans leur jeu. On a l’impression que le réalisateur a cherché à donner des comportements modernes à ses  personnages, ce qui crée un fort décalage.
Note : pas d'étoiles

Acteurs: Benoît Magimel, Boris Terral, Tchéky Karyo
Voir la fiche du film et la filmographie de Gérard Corbiau  sur le site imdb.com.

Voir les autres films de Gérard Corbiau chroniqués sur ce blog…

4 réflexions sur « Le Roi danse (2000) de Gérard Corbiau »

  1. Et bien moi j’ai adoré ce film, je l’ai vu 5 fois et je trouve l’acteur qui joue Lully magnifique, même Louis XIV était très beau.

  2. très bon film n ecoutez pas ce qui est dit plus haut et foncez le voir le jeux des acteurs la musique les décors sont magnifique

  3. « Donnez la plus belle musique du monde au roi Jupiter. »

    Jean-Baptiste Lully usurpateur sodomite et Molière libertin incestueux meuvent sur commande par la musique et le théâtre les années du jeune Louis avide d’une lumière étincelante antichambre d’un pouvoir avidement désiré.

    Avant de régner cet enfant devenu roi habillé de tous ses feux s’impose par la danse à l’aide d’une machinerie efficace disposant devant une cour effarée un système solaire constitué de familles naguère en luttes apaisées par l’adoration.

    Une mesure férocement tapée par un compositeur aux ordres transporte merveilleusement un monarque en puissance de la domination matriarcale vers la solitude des hautes sphères décisionnelles dans une magnifique illumination à faire palir les étoiles.

    La face du théâtre change, les plaisirs abondent loin d’un peuple affamé. La cour complote tout en se soumettant et se divertissant de plaisirs interdits. Les pièces loufoques de Molière déclenchent des rires aussi incompréhensibles que leurs sujets.

    Quelques illuminés poissons pilotes d’un jeune roi en ascension profitent de l’aubaine pour s’auto glorifier d’un talent égocentrique validé par l’astre des astres.

    Une chute malencontreuse démontre que personne n’est Dieu sur cette terre dont les seuls repères en ces lieux sont la durée par l’adoration et la protection d’un jeune roi focalisé par les arts.

    « Le roi danse » remarquable farce sur un arrivisme saupoudré d’une servilité démoniaque habille ses protagonistes de beaux habits masquant l’interne d’esprits tourmentés par une inspiration nécessaire qu’il faut fournir à temps complet si l’on ne veut pas être happé par le déclin et la disgrâce.

    Ici la faiblesse ne pardonne pas.

    De tous les instantanés d’une époque impitoyable décimée par la tuberculose et la gangrène se détache la merveilleuse musique de Jean-Baptiste Lully. Un nectar de premier ordre au dessus d’un nid de guêpes.

    A signaler la scène extrêmement réaliste de la mort de Molière. Un corps intérieur brisé crache le sang d’une époque ou l’esprit malgré ses facultés incommensurables quitte le monde dans d’atroces souffrances.

    Un très bon film Français sur les premières flammes d’un parcours royal méconnu conditionnant la virulence intellectuelle de ses subordonnés tout en restant à distance.

    « Les planètes ne se trouvent pas près du soleil, elles le laisse rayonner ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *