1 octobre 2006

« Vercingétorix » (2001) de Jacques Dorfmann

VercingétorixElle :
Vu les critiques calamiteuses, je m’attendais au pire et finalement j’ai tenu le coup jusqu’au bout. Les coiffures en choucroute des acteurs font toc ainsi que bien d’autres détails de scénario. Les dialogues sont (mal) doublés en français pour cause de casting étranger, la réalisation ayant été faite en partie en Hongrie. Une certaine confusion se dégage du scénario. Bref, le film manque de souffle malgré le budget assez conséquent. C’est dommage car cette période historique est intéressante.
Note : 2 étoiles

Lui :
Dès le début, on ne croit pas vraiment aux personnages qui semblent un peu sortis d’une mauvaise série télé et quelques scènes un peu ridicules placées au tout début (la comète, les druides, les gamins,…) amplifient la distanciation du spectateur. La moitié des acteurs sont doublés, les poncifs pullulent… Ceci dit, ce film ne méritait sans doute pas d’être tant laminé par la critique et le public. Il a le mérite de (tenter de) faire revivre une partie de notre histoire, bien rarement montrée. Mais, c’est vrai que ce n’est pas bon du tout…
Note : 2 étoiles

Acteurs: Christopher Lambert, Klaus Maria Brandauer, Max von Sydow
Voir la fiche du film et la filmographie de Jacques Dorfmann sur le site imdb.com.

2 réflexions sur « « Vercingétorix » (2001) de Jacques Dorfmann »

  1. 2 étoiles pour cette bouse infâme !!

    pour le coup vous me surprenez! il y a beaucoup de qualité dans la plupart de vos critiques, ce qui fait que je reviens souvent à ce blog, mais de là à descendre certain film comme « la science des rêves » par exemple et être indulgent avec ce … truc … qui est un étron au genre cinématographique, vous me décevez…

    « Il a le mérite de (tenter de) faire revivre une partie de notre histoire »
    ça par contre je garde: la naïveté touchante du propos m’a bien fait rigoler ^^

  2. Dommage que cet épisode capital de notre Histoire soit si mal traité. Et oui ! Si Uer Cingeto Rix, « Grand Chef – Commandeur Suprême – des guerriers » avait vaincu César et résisté avec succès à l’impérialisme romain, nous ne parlerions sans doute pas le français tel qu’il existe actuellement; quoique la part du celtique dans notre langue soit régulièrement revue à la hausse du fait d’études récentes.
    Ainsi, l’étymologie de beaucoup de mots, qualifiée jusqu’ici de « basse-latine », paraissent désormais, de par l’étude comparée avec les langues celtiques actuelles… gauloise ! Une revange posthume pour cette langue, qui fut tout de même parlée jusqu’au 5ème-6ème siècle de notre ère, dans les campagnes, comme en témoigne sa survivance vivace dans l’étude des noms de lieux de notre pays, en particulier de nos villes.
    Le terme « Les Français » ne fut d’ailleurs introduit que sous Philippe Auguste : auparavant, nos ancêtres demeuraient des … Gaulois !
    Néanmoins, ce film, malgré ses défauts, à le mérite d’exister. Mais, lorsque l’on pense à ce qu’a réalisé Gibson à partir de l’histoire de W. Wallace, il y a de quoi pleurer, quand même. Les Gaulois réclament justice !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *