28 novembre 2005

The Magdalene Sisters (2002) de Peter Mullan

The Magdalene Sisters Elle :
Peter Mullan rend un hommage assez poignant aux 30000 femmes irlandaises  qui furent enfermées dans ces centres de redressement Magdalene tenus par des religieuses à la main de fer. Les femmes violées, les filles mères, les femmes trop belles y étaient enfermées par leur famille pour aliéner leur liberté et leurs pulsions sexuelles ou amoureuses. Elles étaient exploitées, humiliées par des sévices pervers, des humiliations verbales ou morales. Peter Mulan nous dépeint une société irlandaise très conservatrice et puritaine. Il lance un véritable réquisitoire contre cette église aux pratiques hypocrites et perverses. La mise en scène est rigoureuse et épurée pour mieux monter en puissance dans l’horreur de ces emprisonnements. On ressort ébranlé et révolté de cette tragédie qui ne s’arrêta définitivement qu’en 1996.
Note : 5 étoiles

Lui :
Autant le propos est, sur le fond, louable (témoigner sur ces maisons de “rédemption par le travail”, genres de maisons de redressement de l’Irlande des années 60-70 pour “filles perdues”), autant la forme est un peu gênante dans sa recherche de scènes marquantes pour frapper et marquer le spectateur. A mon avis, cette démarche entrave le témoignage et ces scènes, auxquelles on ne croit pas, nous éloignent du film. Malgré cela, ce film a le mérite de lever le voile sur des pratiques qui nous paraissent maintenant si injustes, archaïques et inutilement cruelles.
Note : 3 étoiles

Acteurs: Géraldine McEwan, Anne-Marie Duff, Nora-Jane Noone
Voir la fiche du film et la filmographie de Peter Mullan sur le site IMDB.

10 commentaires sur « The Magdalene Sisters (2002) de Peter Mullan »

  1. Bonjour, je tombe sur votre blog par hasard suite à des recherches de critiques cinéma. J’aime beaucoup votre blog que je trouve très original :))) Juste un petit com au sujet de ce film que j’étais allée voir à sa sortie. Je me souviens en être sortie boulversée, et mes larmes retenues pendant le film ont débordé à la fin de la séance. Des larmes d’émotion et de colère. Je garde un vif souvenir de ce film que j’avais beaucoup aimé. Bisous à tous les deux ! Je file pour voir le dernier Lelouch ( mon chouchou adoré ! ) Roman de gare 🙂

  2. Merci bien pour vos commentaires. Cela fait plaisir de voir que vous avez trouvé ce blog original… car c’est un peu ce que nous essayons de faire.
    🙂

  3. « 30000 femmes irlandaises mortes dans ces centres de redressement « , pas du tout ce sont 30000 femmes enfermées dans ces centres.

  4. Très beau témoignages des filles d’Irlande savez vous qu’il y a eu des bons pasteurs également en France,
    Nous essayons de faire un livres de témoignages, des filles ayant souffert, c’est très difficile c’est comme n Irlande pas beaucoup de possibilités de faire des recherches dans les archives

    En fait c’est la honte de la France, on préfère cacher ce que l’Eglise et l’état on fait de nous, nous espérons que notre livre sortiras, celle qui recueille les témoignages et le mets en forme pour publier il faut de l’argent, nous espérons y arriver
    Je ne suis pas douée pour vous mettre la photo de cette religieuse qui a crée les bon pasteurs en France mais son nom
    Sœur Euphrasie pelletier

  5. je pense que ces femmes irlandaises ayant été claquées chez les religieux ne vivent pas dans le péché mais dans la souffrance. un conseil: ne pas abuser de ses croyances religieuses. heureusement que le couvent irlandais a été fermé pour de bon depuis des années. les cheveux sacrifiés et les coups de fouets
    non merci. peter mullan a fait un film très intéressant

  6. je suis cinéaste amateur , mon épouse et sa soeur ont été placés au bon pasteur à Angers dans les années 60.
    j’écris actuellement un scénario à partir de faits réels racontés par ma femme et sa soeur
    j’espère qu’un jour je pourrais le réaliser

  7. Je viens de finir le roman de Dermot Bolger : « une seconde vie » et l’émotion et le chagrin sont présents tout au long de l’histoire de ce jeune papa trentenaire qui, à la suite d’un accident qui a failli lui coûter la vie, se met à la recherche de sa mère biologique . Cela se passe bien sûr enIrlande et sa mère est une de ces jeunes femmes forcée d’abandonner leur enfant. J’avais déjà lu la même chose d’un autre auteur irlandais : john banville, alias benjamin black, qui sous ce pseudo écrit des polars avec ce thème en toile de fond. J’ai même lu que certains de bébés enlevés à leur mère étaient vendus au états-unis!!

  8. Il y a eu un téléfilm français sur les Bon Pasteur ( français et pas irlandais ) avec Anna Mihalcea et Soko. Ça s’appelle les diablesses. Moi je tape  » les diablesses film 2007  » il en en 5 parties sur Daylimotion. Pas aussi poignant que  » the magdalene sister  » mais émouvant aussi.

  9. Bonjour,

    Je viens de voir ce film qui m’a ramené 45 en arrière souvenirs tellement douloureux que je les avaient enfouis en partie dans ma mémoire.
    Mon père à m’a enfermé dans une institution identique enceinte de 5 Mois
    car je ne voulais pas abandonner ma fille une fois accouchée.
    Et cela en France année 1969 .
    ANNIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *